Chérubin Okende Ensemble pour la république

Le corps de Chérubin Okende, porte-parole du parti politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi, a été retrouvé inerte et criblé de balles ce matin devant la concession SEP Congo sur la route ex-Poids Lourds à Kinshasa.

Ancien ministre des Transports qui a récemment démissionné, opposant du régime Tshisekedi et a Haut cadre d’Ensemble pour la République, Okende a été enlevé hier dans la journée devant la Cour constitutionnelle où il était invité à une séance de travail.

Ses ravisseurs, armés, l’avaient emmené vers une destination inconnue avant qu’il ne soit retrouvé sans vie au volant de sa voiture. Après les constats d’usage, son corps vient d’être déposé à la morgue de l’hôpital du cinquantenaire.

Crime politique ?

Rien, à ce stade, ne permet de dire s’il s’agit là d’un crime crapuleux lié à l’insécurité ambiante, mais le statut politique de la victime, le lieu et le contexte de son enlèvement ainsi que le climat politique délétère que vit l’opposition laissent penser à un crime politique qui renvoie directement au cas Chebeya.

En effet, la position du corps de Chérubin au volant de son véhicule présente toutes les indications d’un maquillage puisqu’à son enlèvement, l’ancien ministre des Transports avait été extrait de son véhicule et placé dans un autre. Son véhicule ne porte, par ailleurs, aucune trace de balle, ce qui laisse penser qu’il a été tué ailleurs et placé sur le siège du conducteur, sa ceinture de sécurité attachée, qui ne porte étrangement pas de trace de sang qui imbibe sa chemise blanche. Comme si cette ceinture a été posée sur un corps qui portait déjà du sang.

La dépouille de Chérubin Okende ensanglantée dans son véhicule

Même scénario que Chebeya

Le scénario rappelle curieusement la scène de l’assassinat de l’activiste des droits de l’homme, feu Floribert Chebeya, qui avait été retrouvé mort sur la RN1 côté ouest de la ville après qu’il avait un rendez-vous à l’inspection générale de la police où il se trouvait en compagnie de son chauffeur Fidèle Bazana dont le corps n’a jamais été retrouvé.

Lire :  Le PPRD dénonce la « radicalisation de la dictature » du pouvoir de Tshisekedi après la perquisition de la résidence d’un de ses cadres

Pour rappel, depuis le mois de mai, le parti Ensemble pour la République de Katumbi, candidat déclaré à l’élection présidentielle, est particulièrement la cible de ce que d’aucuns appellent une persécution politique. En effet, outre les restrictions de mouvement infligées à Katumbi à plusieurs reprises depuis quelques mois, deux de ses hauts cadres, Mike Mukebayi et Salomon SK Della (son bras droit) sont actuellement emprisonnés à Makala, pour le premier, et à la prison militaire de Ndolo pour le second qui est notamment poursuivi sous les accusations d’atteinte à la sûreté de l’Etat et de collusion avec le Rwanda.

On sait par ailleurs qu’aucune enquête sérieuse ne sera organisée pour faire la lumière sur cette mort inutile d’un haut cadre de la république, dont l’intelligence et le savoir-faire ont toujours été appréciés.

La Direction général et l’ensemble du personnel d’infocongo.net présentent leurs condoléances à la famille de Chérubin Okende. Lire aussi: Chérubin Okende dénonce la planification dangereuse de la fraude électorale en décembre 2023 – Infocongo