Chérubin Okende Député national assassiné

C’est avec une grande émotion que les Kinois ont appris l’assassinat du député national élu de Lukunga (Kinshasa), Chérubin Okende Senga, ce jeudi 13 juillet 2023. Une mort crapuleuse, cet homme de paix, d’une intelligence vive et d’un sens élevé d’homme d’Etat, le Porte-parole du Parte politique Ensemble pour la République de Moïse Katumbi a été abattu comme une chèvre par des lâches pour plaire à leurs commanditaires.

Tout est parti d’une lettre lui adressée par la Cour Constitutionnelle datée du 10 juillet 2023, lui enjoignant de justifier son patrimoine après sa démission de son poste de ministre des Transports, des Voies de communication et de Désenclavement. Dans cette lettre faisant office d’invitation signée par le juge Lumu Mbaya Sylvain, Rapporteur à la Cour constitutionnelle, on peut lire :

« J’ai l’honneur de porter à votre connaissance que le Président de la Cour constitutionnelle, par Ordonnance signée le 28 juin 2023, m’a désigné Rapporteur pour étudier et rédiger un rapport sur la déclaration écrite relative à votre patrimoine après votre départ du gouvernement.

C’est à ce titre et conformément à l’article 93 alinéa 3 du Règlement intérieur de la Cour constitutionnelle que je vous invite en mon cabinet pour une séance de travail jeudi 13 juillet 2023 entre 11h00 et 16h00. »

Pour bien se préparer, l’Honorable Chérubin Okende a écrit à la Cour constitutionnelle demandant un report de 24 heures, soit un jour après. « Monsieur le Juge, J’ai l’honneur d’accuser réception, ce jour, de votre lettre référencée n° CAB-J/CC/LMS/MAF/018/2023 du 10 juillet 2023 portant invitation à une séance de travail, en votre cabinet, le jeudi 13 juillet 2023 entre 11h00 à 16h00, et vous en remercie. Aussi, je vous saurai gré de bien vouloir accepter que ladite séance se tienne le vendredi 14 juillet 2023. »

Un guet-apens

Le mercredi 13 juillet, Chérubin Okende, accompagné de son Garde du corps au nom de Nico, s’est rendu à la Cour constitutionnelle pour déposer sa lettre de report. De là, c’est son Garde du corps qui monte pour déposer la lettre et après avoir récupéré l’Accusé de réception, il descend pour rejoindre son patron. Malheureusement que, l’Honorable Okende et sa jeep n’étaient plus à l’endroit où il les avait laissés, même son téléphone était éteint. Honorable Chérubin Okende était tout simplement enlevé sur le parking de la Cour constitutionnelle. Les recherches effectuées pour le retrouver n’ont pas abouti.

Le corps de Chérubin Okende criblé de balles
Le corps de Chérubin Okende criblé de balles, abandonné dans son véhicule

C’est à 5 heures du matin que les passants trouveront sa jeep parquée sur la route des Poids Lourds avec son corps inerte, attaché par la ceinture de sécurité. Ce corps criblé des balles démontre que l’Honorable Chérubin Okende a été assassiné. Un crime odieux, ressemblant à celui de Floribert Tshebeya, jette un discrédit sur la haute institution de judiciaire du pays car, le film de cette sale besogne a commencé par son enlèvement dans son parking.

Lire :  RDC : Le Ministre Chérubin Okende annonce la création d’Air Congo, nouvelle compagnie aérienne

Assassinat ignoble

Le Parti Ensemble pour la République, très choqué de cet assassinat ignoble, a fait un communiqué ce jeudi après-midi devant la presse tant nationale qu’internationale, rappelant ainsi l’acharnement malsain sur l’opposition politique et en particulier Ensemble pour la République qui a atteint son paroxysme et la succession des évènements, entre autres : l’interdiction au Président de Ensemble pour la République de se mouvoir dans les provinces du Kongo Central et du Kwilu ; l’enlèvement de l’Honorable Mike Mukebayi Nkoso de son domicile ; l’enlèvement brutal et arbitraire de Salomon Kalonda Idi Della sur le tarmac de l’aéroport de Ndjili ; la perquisition des résidences du Président National de Ensemble pour la République à Kinshasa, de Salomon Kalonda Idi Della et de sa mère à Lubumbashi ; l’arrestation d’autres acteurs politiques dont le péché principal est d’être étiqueté proche du Président d’Ensemble, tel que Franck Diongo… Et aujourd’hui, l’acharnement a franchi le cap d’assassinat.

Des réactions :

Victor Tesengo de la LUCHA RDC : « Hier à 6heures, j’ai parlé avec Chérubin Okende et il m’avait dit : Victor, j’ai de la pression sur moi venant de la Maison civile du Chef de l’Etat. Priez pour moi svp. »

Claudel Lubaya : « Election 2023, du bon côté de l’histoire, avec du sang sur les mains. La mort d’Okende est une tragédie. Assassinat politique, crime d’Etat, crime de sang inacceptable, inexcusable et impardonnable. »   

Ci-dessous, le communiqué officiel du Parti Ensemble pour la République signé par son Secrétaire Général, l’Honorable Dieudonné Bolengetenge Balea, qui a brusquement interrompu ses formalités à l’aéroport de Ndjili alors qu’il devait se rendre dans son fief électoral. Le corps sans vie de l’Honorable Chérubin OKende a été conduit à la morgue de l’hôpital du Cinquantenaire pour conservation. Lire aussi: Chérubin Okende, Porte-parole d’Ensemble pour la République de Katumbi assassiné – Infocongo

Lire :  Salomon Kalonda évacué en Belgique après sa sortie de prison

Gel Boumbe

Communiqué officiel d’Ensemble pour la République

Secrétariat Général

Ensemble pour la République est en deuil

L’Honorable Cherubin Okende Senga, Député national en fonction, Porte-Parole de notre parti et Ministre Honoraire du Gouvernement de la République, enlevé hier de lâche et odieuse façon sur le parking de la Cour Constitutionnelle, a été assassiné ; son corps sans vie a été retrouvé ce matin sur la Route Poids Lourds à Kinshasa, criblé des balles.

Il s’était rendu à la Cour Constitutionnelle afin de déposer une lettre de report à l’invitation reçue le jour même et à lui envoyée par un juge de cette Cour, pour une séance de travail sur sa déclaration de patrimoine.

Ensemble Pour la République qui a condamné dès hier cet enlèvement crapuleux est consterné par cet ignoble assassinat qui rappelle les vielles pratiques dictatoriales des régimes aux abois.

Cet acharnement malsain sur l’opposition politique et en particulier Ensemble Pour la République a atteint son paroxysme et la succession des évènements suivants en atteste :

•          L’interdiction au Président de Ensemble Pour la République de se mouvoir dans les provinces du Kongo Central et du Kwilu ;

•          L’enlèvement de l’Honorable Mike Mukebayi Nkoso de son domicile ;

•          L’enlèvement brutal et arbitraire de Salomon Kalonda Idi Della sur le tarmac de l’aéroport de Ndjili ;

•          La perquisition des résidences du Président National de Ensemble Pour la République à Kinshasa, de Salomon Kalonda Idi Della et de sa mère à Lubumbashi ;

•          L’arrestation d’autres acteurs politiques dont le péché principal est d’être étiqueté proche du Président d’Ensemble, tel que Franck Diongo…

Lire :  Kisangani : Le SG D. Bolengetenge a dévoilé la maquette du siège provincial d'Ensemble

Il y a lieu de craindre que le discours du Président de la République à Mbuji-Mayi sur sa volonté de durcir la répression en faisant fi des droits de l’homme et des libertés des citoyens serve d’accélérateur à cette dérive.

Si l’on peut se faire enlever dans l’enceinte de la plus haute juridiction du pays, la Cour Constitutionnelle, et se retrouver sauvagement abattu quelques kilomètres plus loin, ce que nous ne sommes plus en sécurité nulle part en République Démocratique du Congo.

Nos larmes sont d’autant plus amères que Chérubin Okende était la voix du parti. Il assumait ses fonctions de porte-parole avec un engagement sans faille. Le 28 décembre dernier, le ministre Chérubin Okende avait démissionné du ministère des Transports pour répondre librement et en toute responsabilité à la ligne de notre parti.

Elu de Kinshasa, Chérubin était une personnalité reconnue et très appréciée tant dans le monde politique qu’au sein de la société civile. Un vrai digne fils de ce Congo malmené.

Ce crime est un assassinat politique. Nous exigeons une enquête indépendante pour identifier les auteurs et les commanditaires de ce crime d’Etat qui ressemble en tous points à l’affaire Chebeya.

Nous n’accepterons jamais que notre pays devienne une jungle où l’on assassine impunément.

Soit le pouvoir contrôle tout, alors il en est commanditaire, soit il ne contrôle rien alors il est dangereux.

Mobilisons-nous, d’abord pour rendre hommage digne à notre frère Chérubin Okende, ensuite pour que toute la vérité éclate au grand jour et enfin pour résister à tout jamais au pouvoir de l’arbitraire et de la barbarie.

Fait à Kinshasa, le 13 juillet 2023

Hon. Dieudonné Bolengetenge Balea

Secrétaire Général