Matata Ponyo sénateur et ancien Premier ministre

Faisant l’objet d’un mandat à comparaître ce mercredi à 11h à l’Office du Procureur général près la Cour constitutionnelle sur le dossier lié aux présumés détournements des fonds du projet du parc agroindustriel de Bukanga Lonzo, Matata Ponyo ne s’y rendra pas. Franklin Tshamala, Secrétaire général de son parti politique Leadership et bonne Gouvernance pour le Développement (LGD) l’a fait savoir hier à notre confrère actu.7.

Tshamala a fait remarquer que Le Sénateur Matata n’a plus rien à voir avec la Cour constitutionnelle dans ce dossier couvert depuis deux ans par un arrêt de la même cour qui s’était déclarée incompétente de poursuivre un ancien Premier ministre pour des actes posés dans l’exercice de ses fonctions. Désormais coulé en force de la chose jugée, cet arrêt a été oublié au Journal officiel de la République.

Dans son nouveau réquisitoire adressé le 15 juin dernier au Sénateur aux fins d’obtenir une nouvelle autorisation pour poursuivre le Sénateur Matata Ponyo, le Procureur général avait argué des faits nouveaux. Le Bureau de la chambre haute, agissant en lieu et place de la plénière qui venait de partir en vacances parlementaires, avait estimé inutile une telle démarche étant donné que Matata n’a encore jamais recouvré ses immunités depuis l’affaire des biens zaïrianisés qui, elle aussi, avait été classée sans suite.

Matata Ponyo récuse le PG Jean-Paul Mukoko Nkokesha

Face à cette nouvelle situation qu’il a qualifiée d’acharnement, Augustin Matata Ponyo a décidé de récuser le PG Jean Paul Mukolo Nkokesha.

Augustin Matata Ponyo s’est bel et bien présenté à l’audience sur le procès à la Coyr de cassation relatifs aux présumés détournements des fonds du projet du parc agroalimentaire de Bukanga Lonzo. L’audience se tenait après le renvoi de la précédente à la suite de sa non-saisine par le greffe. L’ancien Premier ministre était, en effet, absent du pays.

Lire :  Kasai Oriental : le Gouverneur Jean Maweja sollicite un délai pour répondre à ses détracteurs

L’audience de ce lundi, délocalisé au centre de documentation du ministère de la Justice a, cependant, été ajournée et renvoyée au jeudi 14 juillet en attendant de trouver un interprète pour le sud-africain Christo Grobler, générant de Africom qui assurait la gestion du projet.

La saga judiciaire sur le projet judiciaire avait déjà connu un procès à la Cour constitutionnelle qui s’était déclarée incompétente de poursuivre un ancien Premier ministre pour des actes commis pendant l’exercice de ses fonctions. Le dossier s’est alors couvert d’une lourde chappe politique, déjà avec les manœuvres du bureau du Sénat qui avait livré Matata Ponyo à la justice. Ensuite avec les entraves du Procureur Général près la Cour constitutionnelle qui refusa de notifier le Sénateur de l’arrêt de la Haute cour tout en maintenant les mesures restrictives de ses mouvements.

Autant d’actes qui font dire à Matata Ponyo qu’il est un otage politique. L’ancien Premier ministre a récemment créé un parti politique et s’est porté candidat à la prochaine élection présidentielle. Lire aussi: Bukangalonzo : excédé, Matata Ponyo dénonce l’acharnement et porte plainte contre Bahati Lukwebo et le PG Mukolo Nkokesha – Infocongo

Avec CongoGuardian