Tshisekedi-Kabila-Ilunga : l’empire luba conserve son hégémonie

Depuis la publication du gouvernement dit de l’alternance, lundi 24 août 2019, les analyses fusent de partout pour comprendre les enjeux réels de la coalition FCC-CASH au pouvoir, et tout ce qui motive cette alliance en dehors de l’aspect purement politique.

Il ressort, en effet, selon certains observateurs qu’au vu de la composition des acteurs principaux de la nouvelle classe politique au pouvoir, tous sont originaires du grand Empire Luba, en commençant par l’actuel Chef de l’Etat Félix Tshisekedi Tshilombo, l’ancien Chef de l’Etat Joseph Kabila et le Premier Ministre Ilunga Ilunkamba.

Espace luba

Pour la petite histoire, le Grand Empire Luba avait été composé de deux peuples d’agriculteurs dans la partie sud-est du Congo Belge. Il regroupait le Nord-Katanga, le Maniema et la Province Orientale, en passant par le Kasai de l’est et de l’ouest. Il est issu des populations Bantou du courant occidental, venues de l’est, tous apparentés, tous deux christianisés et tous locuteurs de langues bantouphone et soudanais archaïques.

On distingue les Luba du Katanga qui ont constitué au XVIe siècle un royaume prestigieux qui connut son apogée au XIXe siècle et déclina jusqu’à sa perdition par la colonisation. Ils ont comme langue le Kiluka.

Les Luba du Kasai, plus nombreux que leurs frères du Katanga, n’avaient pas été organisés en royaume. Ils parlent le Tshiluba ou le ciluba. L’Empire Luba ne put entretenir de tradition dynastique forte à cause de la rivalité entre dirigeants qui se croyaient chacun doté du droit de diriger, ce qui conduisit à de nombreuses luttes pour le pouvoir, et fut, à l’origine de sa décomposition ultérieure.

Ils sont tous sous le pouvoir traditionnel, « Bulopwe », un droit de sang.  Un souverain pouvait être remplacé par un de ses demi-frères et chaque souverain choisissait sa nouvelle capitale. On parle ainsi des Balubas du Kasai ou Bena-Kasai et les balubas du Katanga ou Baluba-Kat. Les Bena-Baluba se retrouvent au sud de la rivière Sankuru et sont originaires du Katanga aux environs du lac Kisale et Upemba. Ils sont constitués d’une multitude des tribus (Bisamba) et clans (Bifuku). Les Baluba du Kasai habitent cinq provinces : le Kasai, le Kasai-central, le Lomami et le Sankuru.

Le peuple luba et le pouvoir en RDC

Dans l’histoire de la République démocratique du Congo, le peuple Luba s’est toujours montré très ambitieux et a souvent occupé le devant de la scène politique de ce pays depuis les années avant et après l’indépendance.

En effet, les acteurs Luba des deux bords jouèrent un rôle influent dans la turbulente histoire du Congo Kinshasa. Parmi les hommes politiques influents de ce grand ensemble, on peut citer pour le compte des Balubas du Katanga : Jason Sendwe, initiateur de l’Association générale des Balubas du Katanga(Balubakat) et qui proclamma, à son tour, la création de la province autonome de Lualaba dans le Nord du Katanga, pour s’opposer à son frère Moise Tshombe, qui fit du Katanga une nouvelle République le 11 juillet 1960, en opposition au pouvoir de Kinshasa.

Moise Tshombe fut soutenu par l’Union Minière du Haut Katanga(UMHK). On peut citer aussi Laurent Désiré Kabila, qui prit le pouvoir le 17 Mai 1997, grâce aux trouves rebelles de l’AFDL, soutenues par le régime de Kagame encore au pouvoir au Rwanda. Il sera succédé par son fils Joseph Kabila, qui cédera le pouvoir à un autre luba, son frère du Kasai, le 23 janvier 2019, d’une manière pacifique et civilisée. On peut également citer Cyrille Adoula, Urbain Kisula Ngoy, Jean Nguza a Karl-Bond, Godefroid Munongo, Moise Katumbi, Kyungu wa kumwanza et autres.

Au Kasai, le pionnier à s’illustrer dans la politique n’est autre que Albert Kalonji Ditunga, président du Mouvement National Congolais, (MNC-K), qui proclamma l’indépendance de l’Etat minier du Sud-Kasai, le 08 août 1960. On peut citer aussi Barthelemy Mukenge Shabantu, Etienne Tshisekedi, Mulumba lukoji, Léonard Mulamba, Mabi Mulumba, Chef Kalamba, Alphonse Ilunga Dibwe, Mpinga Kasenda, Ngalula Mpandajila, Bruno Tshibala, Silvestre Ilunga Ilunkamba, actuellement premier ministre, etc.

La donne luba au pouvoir

Au lendemain de la publication du premier gouvernement dit de l’alternance, l’on peut se rendre à l’évidence que l’Empire Luba a signé son grand retour dans les affaires de l’Etat après plus de 32 ans du règne de Mobutu, sans compter celui des Kabila.

Avec plus de 50% des portefeuilles, le peuple Luba est bel et bien en train de réaffirmer son hégémonie en RDC.

Serait-ce là la vraie clause de la fameuse coalition du FCC-CASH ? S’interroge plus d’un curieux et c’est l’avenir qui en dira davantage.

In fine, au vu de ces avantages que les trois acteurs luba dont le président de la République, Félix Tshisekedi, l’ex-président et autorité morale du FCC, Joseph Kabila, et Sylvestre Ilunga Ilunkamba, il y de quoi rester dubitatif. En plus, parmi les provinces qui n’ont pas été servies, si pas, bien servies, l’on retrouve à majorité toutes les autres tribus qui ont été plus proches de Mobutu durant son règne, comme le Nord Ubangi, qui s’est retrouvé sans ministre et la Grande Orientale (6%) composée dans sa majorité du peuple Anamongo et soudanais, sans compter le peuple du grand Royaume Kongo (9%).

Il faut noter que dans l’équilibre régional tant vanté par l’actuel Chef de l’Etat, le grand kasai a eu 25% des portefeuilles et le grand Katanga 15%, une situation qui laisse perplexe d’autres provinces et occasionnent pas mal de réactions.

Le premier ministre vient de rassurer les ressortissants du Nord-Ubangi qu’un rectificatif sera fait incessamment pour répondre à leur désidérata. Mais comment, car le Club 66 est déjà pléthorique.  Wait and see!

Jacques Kalokola     

Leave a Reply

Your email address will not be published.