Bruno Miteyo Nyenge

De mémoire d’Africain, la vie du Docteur Bruno Miteyo Nyenge semble étrangement similaire à celle de Georges François Ouégnin. Le point commun entre ces deux personnalités africaines est l’amour de leur pays mais surtout leur profond attachement à la notion de la Nation une ; indivisible et prospère. L’un a servi sans interruption de 1961 à 2001 la Côte d’Ivoire en tant que Directeur du Protocole d’État, contribuant ainsi à la valorisation de la nation ivoirienne sur la scène internationale.

L’autre, au cours d’une carrière professionnelle de plus de 40 ans marquée par de multiples réussites, s’est engagé à différents niveaux pour le bien-être de ses concitoyens et pour le développement de la nation congolaise. Focus sur le Docteur Bruno Miteyo Nyenge.

Ed. Kaho

Un parcours riche et diversifié

Polyvalent, c’est le mot qui vient à l’esprit, lorsqu’on côtoie cet homme au parcours si éclectique. Né à Likasi le 10 juillet 1954, Bruno Miteyo Nyenge est Docteur en médecine vétérinaire de l’Université de Lubumbashi en 1980. Il est également titulaire d’un Master en Gestion et Droit de l’Entreprise, Option Finances et Banques, de l’Université de Liège en 2017 et de l’Institut Supérieur de Commerce de Kinshasa en 2017 aussi. Il exerce également en tant que Chargé de cours à la Faculté de Médecine Vétérinaire de l’Université Pédagogique Nationale et à l’Institut Supérieur Pédagogique de Ngandajika.

Dr Bruno Miteyo Nyenge, Chef de la Maison Civile du Chef (Ph droits tiers)

Avant sa nomination comme chef de la Maison Civile du Chef de l’État en octobre 2020, il a occupé divers postes de responsabilité. Notamment, il a été Directeur général de la Société de Microfinance « IFOD » de 2014 à 2018, Directeur national adjoint de 2000 à 2008 puis Directeur national de la Caritas Congo ASBL, regroupant les 47 Caritas provinciales du pays pour la coordination des œuvres de santé, des infrastructures de développement et des situations d’urgences humanitaires de 2008 à 2017.

Lire :  Jacky Ndala, un proche de Moïse Katumbi enlevé à Kinshasa

Avant cela, il a été Directeur de la Caritas provinciale du Sud-Kivu de 1994 à 2000 et Directeur général des usines de fabrication d’huiles d’arachides et de décorticage de riz à Kiringye dans la plaine de la Ruzizi (Uvira) au Sud-Kivu de 1981 à 1993.

Il est Président de l’Ordre des Médecins Vétérinaires de la République Démocratique du Congo et Coordonnateur national du Service National de Promotion de l’Élevage Familial et des Intrants Connexes (SENAPEFIC) au Ministère de la Pêche et de l’Élevage.

Engagement au-delà des frontières nationales

Il siège également aux Conseils d’Administration de l’Université Loyola du Congo (ULC) des Pères Jésuites et de la 1ère Association Panafricaine des Ordres Nationaux des Médecins Vétérinaires. En outre, il exerce en tant que consultant en questions stratégiques et de développement socioéconomique.

Bruno Miteyo Nyenge
Dr. Bruno Miteyo Nyenge

Sur le plan continental, Bruno Miteyo Nyenge a exercé les fonctions de Coordinateur des Urgences de 2007 à 2011 puis Vice-président de 2008 à 2013 de Caritas Africa, il a été Expert désigné du SCEAM (Symposium des Conférences Épiscopales d’Afrique et de Madagascar) dans la lutte contre le VIH et le SIDA de 2007 à 2011 et Coordinateur des Caritas nationales de la Zone ACEAC regroupant le Burundi, le Rwanda et la RD Congo de 2015 à 2017. Ecrivain à ses heures perdues, il est auteur de plusieurs œuvres littéraires et scientifiques.

La passion ancré au corps

En dépit des nombreuses responsabilités familiales, professionnelles, sociales et politiques qui pesaient sur ses épaules, Bruno Miteyo a également consacré une part importante de son temps à l’agriculture. Il peut se vanter d’avoir géré avec succès des centaines d’hectares de terres cultivées et un important cheptel de bovins, de porcins et de caprins.

Lire :  CENI : Denis Kadima et son équipe ont prêté serment devant la Cour constitutionnelle

Pendant que ses pairs de la même génération s’adonnaient aux chants et aux danses en l’honneur du Léopard, le Maréchal Mobutu, président du Zaïre, dans l’espoir d’obtenir quelques faveurs, le vétérinaire Bruno, lui, chaussé de ses bottes et armé de sa seringue, parcourait ses plantations, veillait attentivement sur ses animaux malades et récoltait les œufs dans ses poulaillers.

Bruno Miteyo Nyenge au service des plus démunis (ph droits tiers)

Des années plus tard, Bruno Miteyo a révélé avec enthousiasme que c’est grâce aux économies tirées de la commercialisation des produits agricoles et l’élevage qu’il a pu financer les études de ses enfants à l’étranger. Son engagement sans relâche dans le domaine agricole en fait un véritable pionnier, et même avec le poids des années qui passent, il demeure une source d’inspiration pour de nombreux vétérinaires, agriculteurs et éleveurs. Il a encore beaucoup à offrir dans le domaine du développement agricole, malgré les défis liés à son âge avancé.

Loyauté et fidélité au Chef

Depuis octobre 2020, Bruno Miteyo officie en tant que chef de la maison civile du Chef de l’État Félix-Antoine Tshisekedi. Dans l’architecture présidentielle de la République Démocratique du Congo, la maison civile du Chef de l’État revêt une importance cruciale en tant que centre névralgique des activités politiques et administratives du président. Elle est souvent perçue comme le cœur du pouvoir, symbolisant l’autorité de l’État et la dignité de la fonction présidentielle.

Ses responsabilités s’étendent également à la famille biologique, la famille élargie du président de même qu’à sa famille naturelle, témoignant de la grande estime et de la totale confiance dont bénéficie son titulaire auprès du président de la république.

Lire :  « Ensemble pour la République » : Moïse Katumbi ce vendredi à Kinshasa

Bruno Miteyo Nyenge est reconnu pour sa rigueur, son calme face à toutes épreuves, sa sagesse, son intelligence et son impressionnant parcours académique.

Sa nomination à ce poste constitue une consécration de ses compétences. Dernier fait d’armes : il a dirigé la liste du parti au pouvoir (UDPS) lors des élections législatives de décembre 2023, remportant avec ténacité son siège de député national à Lomami. Malgré le salaire substantiel et les avantages associés à cette fonction en RDC, il a choisi de céder son siège à son suppléant, démontrant ainsi sa volonté de préparer la relève.

Ed. Kaho