Félix Tshisekedi et Paul Kagame

Une fois de plus les Rwandais s’en tirent à très bon compte, après des négociations avec des officiels Congolais, incapables de défendre convenablement les intérêt de la RDC.  En effet, le 23 mars 2024, les négociations entre la République Démocratique du Congo (RDC) et le Rwanda se sont achevées à Luanda, en Angola, après deux jours de discussions intenses.

Réunion de sécurité sur la RDC à Luanda
Réunion de sécurité sur la RDC à Luanda (ph droits tiers)

La réunion, facilitée par le président angolais João Lourenço, visait à apaiser les tensions persistantes entre les deux pays et à trouver des solutions durables aux différends qui les opposent.

Points saillants des conclusions des négociations:

Les conclusions de ces deux jours de négociations sont la réaffirmation de l’engagement des deux pays au respect des accords signés, notamment l’Accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération en RDC et dans la région ; la cessation immédiate des hostilités et retrait du M23 des positions qu’il occupe en RDC ; la mise en place d’un mécanisme de vérification pour surveiller le respect du cessez-le-feu.

Il y a aussi la collaboration entre les services de sécurité des deux pays pour lutter contre les groupes armés ; la reprise des relations diplomatiques entre la RDC et le Rwanda ; et enfin, l’engagement à organiser des consultations régulières pour suivre l’évolution de la situation et renforcer la coopération bilatérale.

RDC, dindon de la farce des négociations

A lire les conclusion de ces négociations, on a vite l’impression qu’une fois de plus, la RDC est le dindon de la farce. En effet, nulle part, la présence de l’armée Rwandaise et ses crimes en RDC ne sont cités, moins encore sont retrait et l’obligation de payer des dommages et intérêts au pays de Lumumba.

Lire :  Le SG d’Ensemble félicite le courage, l'abnégation, la constance et la fidélité aux valeurs du Parti des ministres démissionnaires du gouvernement

Nulle part non, plus n’est fait allusion au pillage des ressources minières de la RDC qui fait le bonheur de l’économie du pays de Paul Kagame et de ses commanditaires. A croire que les négociateurs congolais, menés par Christophe Lutundula Apala, Vice-Premier ministre en charge des Affaires étrangères ne connaissent pas la situation que vit le pays depuis plus de deux décennies !

Le VPM Christophe Lutundua Apala, ministre des Affaires étrangères de la RDC
Le VPM Christophe Lutundua Apala, ministre des Affaires étrangères de la RDC

Le Rwanda s’en tire avec la reconnaissance par la RDC de la présence des FDLR sur son sol, qui constitue une menace pour sa sécurité. On sait pourtant que Les FDLR ne sont qu’une coquille vide, un prétexte que le Rwanda a utilisé comme à chaque fois pour piéger les congolais.

En lisant le communiqué final de ces négociations, on a l’impression de relire l’accord cadre d’Addis Abeba 2.0 (point 5) où il a toujours été question de mettre des clauses contraignantes à la RDC (cas évoqué des FDLR) en premier et aucune clause contraignante pour Kigali.

Réactions mitigées :

La société civile congolaise dans l’est du pays a accueilli les conclusions avec scepticisme, exigeant d’abord le retrait du M23 et la fin des incursions rwandaises avant toute autre avancée. En revanche, des experts ont salué la volonté des deux pays de dialoguer, mais ont souligné la nécessité d’une implémentation concrète des décisions prises.

Dans l’entretemps, un comité de suivi sera mis en place pour veiller à l’application des conclusions de la réunion, tandis que des rencontres bilatérales sectorielles se tiendront dans les prochains mois pour discuter des questions spécifiques de coopération.

En conclusion, les négociations de Luanda devraient constituer un pas important vers la normalisation des relations entre la RDC et le Rwanda. La mise en œuvre effective des conclusions de la réunion est essentielle pour garantir la paix et la stabilité dans la région.

Lire :  Modeste Mutinga dément le détournement de l'enveloppe destinée aux victimes de Kamuina Nsapu

La communauté internationale se doit d’accompagner les efforts des deux pays pour consolider la confiance et construire une relation durable basée sur le respect mutuel et la coopération. Lire aussi : Luanda abrite une réunion de sécurité cruciale pour la RDC – Infocongo