Une vue de Goma chef-lieu du Nord-Kivu en RDC

La ville de Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo, offre un contraste saisissant entre le jour et la nuit.

En effet, d’ordinaire à Goma, superbe ville touristique au bord du lac Kivu, le soleil matinal illumine les collines verdoyantes et les eaux scintillantes du magnifique lac, créant un paysage idyllique. Les rues s’animent, les marchés s’emplissent de vie et les enfants courent joyeusement.

Vue aérienne de la baie de Goma au Nord-Kivu (Ph. droits tiers)

Mais à la tombée de la nuit, un voile d’angoisse s’abat sur la ville. Les lumières tamisées ne parviennent pas à dissiper l’ombre de l’insécurité grandissante.

Dans cette ville, le contraste est d’autant plus saisissant que depuis plusieurs mois, Goma est en proie à une vague de cambriolages perpétrés par des bandits armés. Nul n’est épargné : maisons cossues, quartiers populaires, petits commerces, tous sont la cible de ces attaques nocturnes.A la tombée de la nuit, le mode opératoire est souvent le même : des hommes armés s’introduisent par effraction dans les domiciles, terrorisent les occupants et s’emparent de tout ce qui a de la valeur : argent, bijoux, appareils électroniques et autres. Lire aussi : Goma : Un cambiste tué par balle malgré l’interdiction de circulation des motos – Infocongo

La population, fatiguée et traumatisée, vit dans la peur constante

Chaque soir, c’est le même rituel : les portes et les fenêtres sont barricadées, les alarmes sont activées, et les familles se barricadent dans leurs maisons, attendant le lever du jour avec anxiété.

La population grouillante de Goma vit dans l’insécurité dès la tombée de la nuit (Ph. droits tiers)

L’insécurité grandissante à Goma entraîne des conséquences dévastatrices sur la vie quotidienne des habitants. La peur paralyse les initiatives et freine le développement économique. Les écoles ferment tôt, les transports nocturnes sont inexistants, et les sorties après la tombée de la nuit sont devenues un luxe que peu de gens peuvent se permettre.

Lire :  Procès Chebeya : le ministère public requiert la peine capitale contre Christian Ngoyi et l’acquittement pour Paul Mwilambwe

Face à cette situation alarmante, les autorités locales semblent dépassées. Les patrouilles nocturnes ont été intensifiées, mais les bandits armés continuent à sévir en toute impunité. Lire aussi : Goma : Des mesures pour lutter contre l’insécurité – Infocongo

La population, exaspérée par l’inaction des autorités, se mobilise et organise des comités de vigilance pour tenter de se protéger elle-même.

Goma, autrefois une ville paisible et dynamique, se transforme en un no man’s land après la tombée de la nuit. La lumière des lampadaires publics ne suffit plus à masquer les ténèbres qui s’étendent sur la ville. La population, meurtrie et apeurée, aspire à retrouver la sécurité et la tranquillité qui lui ont été arrachées.

Amour Imani Christian