Gratien Iracan, député national

Le député national Gratien Iracan a adressé, vendredi 15 septembre, une interpellation au Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde, au sujet des massacres des civils à Goma (Nord-Kivu) le 30 août de cette année par une unité de la Garde républicaine.

« Je vous adresse cette interpellation par rapport à la clameur publique constatée dans la ville de Goma au Nord-Kivu ainsi que dans le monde entier, après des évènements survenus le 30 août 2023 », lit-on dans le document du député Gratien de Saint-Nicolas Iracan.

Le député national membre d’Ensemble pour la République cherche des réponses auprès du Gouvernement, sur ce qui s’est réellement passé à Goma, surtout, pourquoi a-t-on tué.

« Nous avons appris à travers des extraits vidéo que des sujets congolais ont été massacrés par des éléments identifiés comme ceux appartenant aux forces de l’ordre. Quelques jours après, une délégation du Gouvernement composée de 3 ministères dont l’Intérieur, la Défense et le Droit humain, s’est rendue sur le lieu pour s’acquérir de la situation. Etant la Représentation du Peuple, nous voulons savoir avec exactitude ce qui s’est réellement passé dans la ville de Goma le 30 aout 2023. Pourquoi il y a eu tuerie de masse, en plus des attaques contre une Eglise et une installation d’une Radio confessionnelle ! », précise le document.

Massacre dans une église

Les corps des civils tués à Goma par la GR entassés dans un camion benne des FARDC

Pour rappel, le 30 août dernier, des éléments de la Garde Républicaine avait investi l’église Uwezo wa Neno/Wazalendo tuant des dizaines d’adeptes civils de cette église et même des journalistes d’une radio de cette secte à Goma.

Lire :  Nyiragongo : la fondation Mwanza approvisionne en eau potable les déplacés de Rugari à Kibumba

Ce drame s’est déroulé lors d’une manifestation organisée par la secte, protestant notamment contre la présence de la MONUSCO et de la force de l’EAC en République démocratique du Congo.

À ce jour, la justice militaire s’est saisie de l’affaire, et six personnes, dont deux officiers haut gradés de l’armée, comparaissent. Elles sont accusées de crimes contre l’humanité, de destruction volontaire, et d’incitation de militaires à commettre des actes contraires à la discipline. Lire aussi : Nord-Kivu : une manifestation anti-MONUSCO fait des morts et des blessés à Goma – Infocongo