Les représentants de la CENCO et de l'ECC

La mission d’observation électorale CENCO-ECC s’oppose à la démarche de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) concernant l’appel d’offres pour le recrutement des auditeurs internationaux et nationaux pour le fichier électoral. Ces deux confessions religieuses redoutent que les auteurs qui seront choisis, ne soient pas indépendants et présentent un rapport orienté ou manipulé.

Partis politiques invités au nettoyage du fichier électoral
Partis politiques invités au nettoyage du fichier électoral

En effet, la mission d’observation électorale CENCO-ECC note qu’il y a risque élevé de ne pas trouver un consensus sur le fichier électoral, la méfiance entre les acteurs politiques va être renforcée et la confiance du public au processus électoral va de plus en plus se détériorer. In fine, ont-elles fait savoir, la crédibilité du processus électoral et des résultats qui en résulteront sera de plus en plus entamée.

Doute et méfiance

« La MOE CENCO-ECC prévient la CENI et l’ensemble des parties prenantes que si le processus d’audit externe du fichier est mené comme tel, il y a lieu de craindre la radicalisation du doute sur la sincérité du processus électoral et créer ainsi les conditions de contestations des résultats des scrutins attendus.

La CENI aura ainsi manqué une de bonnes occasions pour crédibiliser ce processus. Il est donc de l’intérêt de la CENI et du processus électoral lui- même qu’un Organisme indépendant expérimenté sur la matière soit identifié et invité pour réaliser, en impliquant quelques experts nationaux, ce travail dans les délais convenables, respectant les conditions qui préservent la souveraineté nationale, sans offenser l’indépendance dudit organisme », ont-elles fait remarquer dans une déclaration faite ce jeudi 11 mai 2023

Lire :  A Kinshasa, le pape va inciter les jeunes à plus de responsabilité et œuvrer pour le bien commun

Pour rappel, dans une correspondance adressée au président de la Commission Électorale Nationale Indépendante Dénis Kadima Kazadi, l’OIF dit ne pas être en mesure d’assurer l’audit externe du fichier électoral en République démocratique du Congo, comme souhaité par la CENI. L’OIF a justifié sa décision par le fait que le délai proposé par la Commission électorale nationale indépendante est tellement court qu’il ne facilitera pas un meilleur accompagnement.

Face à cette situation, la CENI avait décidé de lancer l’appel à candidatures et la réception des dossiers des experts qui d’ailleurs se clôture ce jeudi 11 mai 2023. Cette mission mixte d’experts nationaux et internationaux est attendue à la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du 15 au 20 mai 2023 pour auditer le fichier électoral constitué par la CENI à l’issue des opérations d’identification et d’enrôlement des électeurs. Lire aussi: Jean-Marc Châtaigner confirme l’audit du fichier électoral de la CENI par l’UE en juin prochain – Infocongo