Les ténors de l'opposition congolaise

Les ténors de l’opposition ont donc décidé de passer outre le report de leur marche annoncé par le gouverneur de Kinshasa, Gentiny Ngobila.

En effet, Moise Katumbi, Martin Fayulu, Delly Sesange et Matata Ponyo, qui organisent le samedi 13 mai une marche pour dire NON à la balkanisation, à l’insécurité grandissante, à la vie chère et à un processus électoral chaotique n’entendent pas obéir à la décision du gouverneur Ngobila. On se souviendra que Gratien Nsakala, ministre provincial de l’Intérieur et sécurité de Kinshasa, a rapporté jeudi la décision de reporter la marche prévue le 13 au 18 mai, prétextant une décision consensuelle à la suite de la réunion entre l’opposition et le gouverneur Gentiny Ngobila.

« Pour le Congo, nous allons marcher ce samedi 13 mai. Nous devons sauver le Congo, en disant NON à la balkanisation, à l’insécurité grandissante, à la vie chère et à un processus électoral chaotique », a dit Martin Fayulu, président de l’ECIDE.

« Partout où vous vous trouvez à Kinshasa, levez-vous et marchons », a-t-il ajouté.

Même détermination de la part d’Augustin Matata Ponyo, un des quatre leaders de la dynamique de Lubumbashi.

« Sortons dans les rues de Kinshasa ce samedi pour manifester notre opposition au mal ».

Moise Katumbi, qui est également à Kinshasa avec son équipe, donne également de la voix : « Nous refusons de vivre dans la souffrance. La faim nous a exacerbé et les prix ne font que grimper. Nous ne voulons pas de l’insécurité. Tous ensemble, dehors ce samedi ».

Delly Sesanga, qui est revenu à Kinshasa cette semaine après un séjour régulier, insiste : « Nous refusons la balkanisation, nous refusons le tripatouillage des élections. Nous vous demandons d’être dans les rues de Kinshasa ce samedi ».

Lire :  Mongala : le meeting de Martin Fayulu à Lisala confirmé pour ce vendredi 28 janvier

Pour rappel, Martin Fayulu, Moise Katumbi, Delly Sesanga et Augustin Matata « unissent leurs idées et forces pour mener des actions communes en vue d’obtenir l’organisation des élections dans le délai constitutionnel ».

Réunissant autour d’eux d’autres opposants, ils appellent la population « à résister et à exercer une vigilance citoyenne ». Ces quatre candidats s’engagent à demeurer solidaires dans l’unité d’idées et d’actions pour « faire aboutir la lutte du peuple congolais pour un véritable État de droit ». Ils lancent également l’appel à la société civile et annoncent une série d’actions pour « faire aboutir leurs revendications ». La première activité est cette « grande marche » le 13 mai à Kinshasa. La manifestation aura pour but de dénoncer « l’insécurité grandissante, la vie chère et la misère du peuple, le processus électoral chaotique ». Lire aussi: Moïse Katumbi sera présent à la marche pacifique de ce 13 mai avec environ 4.000.000 de participants – Infocongo