Christophe Mboso

Le Président du bureau de l’Assemblée nationale Christophe Mboso Nkodia, a annoncé jeudi à la plénière de l’hémicycle que « pour qu’une proposition de loi passe à la ‘Assemblée, elle doit d’abord être approuvée par le bureau d’études. Si le bureau d’études la rejette, l’Assemblée la rejette aussi ».

Une déclaration qui semble en porte-à-faux avec l’attitude jusque-là affichée par le bureau de l’Assemblée nationale, qui avait auparavant alignée cette proposition de loi au calendrier de l’actuelle session parlementaire, en donnant par ailleurs quelques coups de canif à la logique constitutionnelle du pays.

La proposition de loi dite Tshiani du nom de son initiateur l’ancien candidat à l’élection présidentielle Noël Tshiani, et porté par le député national Nsingi Pululu, continue de soulever une véritable volée de bois tant sur le plan interne qu’externe, au point de menacer même les fondements de la cohésion interne.

Cette réaction presque tardive du speaker de l’Assemblée nationale, la toute première d’un officiel du régime au pouvoir face à la proposition de loi décriée, apparaît aux yeux de certains analystes, une reculade des tenants du pouvoir, accusés par une certaine opinion, d’avoir sous-traité en coulisses la proposition Tshiani, qui selon des observateurs, visait à écarter certains candidats à l’élection présidentielle prévue en principe à la fin de l’année en cours. Lire aussi: L’ONG ACAJ réprouve la proposition de loi sur la congolité

Lire :  Assemblée nationale : derrière la fronde contre Mboso, l’ombre de Kabund ?