Uhuru Kenyatta à Goma, RDC

L’ancien président Kenyan, Uhuru Kenyatta, facilitateur désigné par la Communauté de l’Afrique de l’Est (EAC) pour la crise congolaise, a appelé ce mardi 15 novembre à Goma, le M23 à cesser les hostilités avant tout dialogue avec les autorités congolaises.

« Arrêtons la guerre puis nous allons parler. Nous ne pouvons pas dialoguer puis cesser les hostilités après. Cessons la guerre et puis dialoguons », a lancé Uhuru Kenyatta au cours d’une conférence de presse à Goma.

L’ex-président kényan est arrivé dans la journée au chef-lieu du Nord-Kivu, deuxième étape de sa mission de facilitation après deux jours passés à Kinshasa, où il a consulté les couches politiques et sociales. Il séjourne à Goma dans un contexte marqué par des violents combats depuis le week-end dernier entre l’armée congolaise et les rebelles du M23 à Kibumba, localité considérée comme bouclier de la ville de Goma.

Uhuru Kenyatta a visité les déplacés du site de Kanyaruchinya au nord de Goma.

« J’ai vu des enfants, des femmes et des vieillards devenir des déplacés dans leur pays. Même si nous avons des problèmes, des mésententes, renonçons d’abord à la guerre. Ces enfants, femmes et vieillards ne sont pas concernés par les causes de cette guerre. Il y a des milliers et des milliers de déplacés, je les ai vus et vous-mêmes vous les avez vus », a-t-il indiqué.

Par ailleurs, dans la journée, un mouvement de panique a gagné les déplacés du site de Kanyaruchinya alors que des détonations d’armes lourdes étaient entendues. Plusieurs déplacés ont alors afflué précipitamment à Goma.

Lire :  Butembo : le Proved se félicite du bon déroulement des TENAFEP

Le gouverneur du Nord-Kivu, le Général Constant Ndima Kongba a rassuré la population dans un communiqué, démentant la rumeur de la présence des rebelles aux portes de Goma.

Lundi, à Kinshasa, M. Kenyatta a également appelé les rebelles « à déposer les armes ». Kinshasa qui qualifie la rébellion de mouvement « terroriste » refuse de dialoguer avec elle, mais « sous certaines conditions », à savoir : dépôt des armes et retrait de toutes les zones occupées, a affirmé lundi le président de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso. 

Signalons par ailleurs que lundi soir, une rencontre a été organisée par la Présidence de la RDC et la Communauté des États d’Afrique de l’Est (EAC) avec la communauté diplomatique en RDC avec l’ancien Président Kényan Uhuru Kenyatta pour discuter de la relance du processus de Nairobi. Une troisième réunion est prévue fin novembre. Lire aussi: Uhuru Kenyatta consulte les communautés du Kivu et de l’Ituri, les politiques et les diplomates, ce lundi