Sud-Kivu : avec 3 machines sur 4 en panne, le barrage de la Ruzizi en difficulté de fonctionnement

Les villes de Bukavu, d’Uvira et de Goma connaissent de sérieuses perturbations en énergie électrique depuis lundi 8 août, à la suite d’une panne brusque survenue sur les machines de la Société nationale d’électricité (SNEL/Sud-Kivu).

Cette panne brusque et inattendue est due à la vétusté et l’envahissement des machines par les déchets plastiques jetés dans la rivière Ruzizi.

Il convient de savoir que la centrale hydroélectrique de la Ruzizi 1 fonctionne normalement avec 4 machines dont deux installées en 1958 et deux autres en 1974, pour une capacité d’environ 29 Mgw. Mais brusquement lundi, trois de ces quatre machines sont tombées en panne, plongeant ainsi ces trois villes (Bukavu, Uvira et Goma) dans le noir.

« On a vraiment des difficultés parce qu’hier il n’y a qu’une machine qui fonctionnait. Sur le groupe 4, il y a une fuite très importante, c’est pourquoi on l’a arrêté. Ce sont des groupes qui sont déjà vétustes, il y a deux qui ont été installés en 1958, et les deux autres groupes, 3 et 4, ont été installés en 1974.  Ce sont des machines qui travaillent 24 heures sur 24. Si toutes les conditions hydrologiques sont réunies, nous pouvons aller jusqu’à 29 Mgw. Maintenant avec les problèmes que nous connaissons, le niveau d’eau, les déchets plastiques que les gens jettent sur le lac et qui viennent échouer sur le barrage de la Ruzizi, on ne peut plus arriver à 29 Mgw. Souvent nous nageons entre 21 et 23 Mgw », explique Jovi Mulemangabo, directeur de la SNEL/Sud Kivu

Néanmoins les travaux sont en cours pour rétablir l’électricité. En dehors de cette centrale propre à la SNEL, une autre quantité du courant électrique provient du barrage de la SINELAC (Société internationale de l’Électricité des Grands Lacs), installée à Mumosho et qui dessert le Rwanda, le Burundi et la RDC au Sud. Lire aussi: Bukavu : la pollution du lac Kivu cause la chute de production de la centrale hydroélectrique

Lire :  Drame de Matadi Kibala : la SNEL parle d'un coup de foudre, les riverains, de la vétusté des câbles

Avec Radio Okapi.net

Leave a Reply

Your email address will not be published.