Jean-Marc Kabund

Jean-Marc Kabund a refusé de répondre positivement à la seconde invitation que le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso lui a envoyée pour ce lundi 8 août. Le député de la circonscription électorale de Mont-Amba (Kinshasa) a renvoyé, à la place, une correspondance au président de la chambre basse du Parlement pour justifier son refus.

 « Je refuse d’accompagner le Bureau de l’Assemblée Nationale dans une forfaiture qui s’apparente à une messe noire déjà dite consistant à me museler et à violer », a-t-il écrit.

Violation des droits d’un élu

L’ancien président a.i de l’UDPS, dénonce la violation de manière spectaculaire de ses droits en tant qu’élu, et déclare que le bureau de l’Assemblée Nationale « ne devra pas statuer précipitamment sur la demande d’autorisation des poursuites et de la levée des immunités parlementaires aussi longtemps que l’instruction est en cours ».

Pour rappel, Christophe Mboso Nkodia a invité à nouveau le député Kabund ce lundi 8 août à une séance de travail avec le bureau. Dans sa lettre, le président de l’Assemblée Nationale a parlé de « l’ultime opportunité » offerte à l’élu du Mont Amba pour présenter ses moyens de défense en rapport avec des faits retenus à sa charge. Mboso a réaffirmé que Jean-Marc Kabund a le loisir de se faire assister d’un ou de deux collègues députés ou de son conseil.

Mais l’opinion est convaincu que le sort de Jean Marc Kabund est déjà scellé et qu’il ne va pas tarder à perdre ses immunités parlementaires, et sans doute sa qualité de député national, après le passage du Vice-ministre à la Défense au Palais du peuple, où il est allé exhiber des “preuves” de la duplicité de Kabund, qui ne serait pas originaire du Katanga, mais plutôt du Kasai, et aurait usé de faux noms et de fausses dates de naissance…

Lire :  Assemblée nationale: Christophe Mboso, le candidat de Félix Tshisekedi?

Lire aussi: RDC : JM Kabund demande à Mboso de sursoir les démarches de la levée de ses immunités

Leave a Reply

Your email address will not be published.