Denis Kadima aux jeunes des partis politiques et de la société civile : « Le favoritisme n’a pas sa place dans notre action »

Le Président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), Denis Kadima Kazadi, s’est entretenu, le vendredi 1er juillet, avec une délégation des jeunes des partis politiques et de la société civile. Ces derniers étaient venus lui présenter les conclusions de la table ronde qui les a regroupés du 28 au 29 juin 2022 autour du processus électoral en cours en RDC.

Le numéro un de la Centrale électorale s’est montré réceptif à la restitution lui faite à ce sujet, en présence du rapporteur adjoint de la CENI, Paul Muhindo Mulemberi Vahumawa.

Jeunes des partis politiques à la CENI

Il leur a demandé de se montrer déterminés et plus dynamiques en vue d’apporter activement leur pierre à l’édifice pour le développement du pays.

« Nous voulons les meilleurs parmi les jeunes et cultivons la méritocratie à notre niveau pour que notre pays aille de l’avant. Nous mettons en avant des valeurs auxquelles nous croyons et travaillons pour ce faire. Nous ne ménagerons aucun effort pour aider et encourager les jeunes et exigeons la qualité. Nous recherchons les meilleurs profils parmi nos jeunes avec lesquels nous comptons travailler. Les femmes et les jeunes demeurent notre cible privilégiée. Le favoritisme n’a pas sa place dans notre action et ne ratez jamais une occasion pour vous améliorer à travers les diverses formations qui se présentent à vous », a conseillé Denis Kadima.

Rappelant les trois cycles électoraux passés, 2006, 2011 et 2018, il a précisé que chacun d’eux a apporté ses innovations.

« Pour le cycle électoral de 2023, la CENI s’applique à améliorer davantage le processus en cours. Pour nous, c’est le défi de la consolidation encore un peu plus de la démocratie par la transparence de nos actes. L’expérience s’acquiert à force de détermination en montrant les compétences dont on est doté », a souligné le président de la CENI.

Lire :  Covid-19 : Qu'en est-il des enfants dans la rue ?

A son tour, Arthur Omar Kayumba, facilitateur du cadre de concertations des jeunes des partis politiques et de la société civile, en a donné leurs profondes motivations.

« Nous sommes venus prendre contact avec le président de la CENI pour lui présenter les résultats du cadre de concertations des jeunes des partis politiques et de la société civile issus de la table ronde organisée du 28 au 29 juin 2022 autour du processus électoral. Il s’agit de l’acte d’engagement signé par les parties en présence (pouvoir et opposition) en faveur des élections apaisées en RDC et aussi pour la prévention des violences post-électorales. C’était une occasion pour nous de présenter, en sus, au président de la Centrale électorale le plan d’engagement électoral des jeunes de ces différentes représentations pour l’accompagnement de ce processus et finalement de la feuille de route pour un dialogue intergénérationnel entre les jeunes et les acteurs clés de ce processus. Notre seule attente, c’est l’appropriation par la CENI de tout ce qui découle de la table ronde des jeunes de la société civile et des partis politiques », a-t-il confié.

Et d’ajouter, Arthur Omar Kayumba n’est pas allé par le dos de la cuillère : « Il est de tradition, en ce qui concerne la Centrale électorale de demeurer attentive à cette frange de la population majoritaire démographiquement parlant, surtout en matière électorale. La CENI, par son premier responsable, a montré toute sa volonté prenant l’engagement ferme de s’approprier les conclusions de cette table ronde et faciliter la suite de toutes les actions qui en découleront », a-t-il conclu. Lire aussi: CENI : Denis Kadima témoigne, « On ne remplace pas l’abbé Malu Malu, mais on lui succède »

Lire :  Réformes de la CENI : les 11 propositions de Constant Mutamba

Gel Boumbe

Leave a Reply

Your email address will not be published.