Assemblée nationale : les députés du G13 quittent la plénière pour manque de débat sur la loi électorale

Le G13 et d’autres députés ont quitté la plénière de ce jeudi 12 mai 2022 en guise de protestation à la suite du manque de débat autour de la loi électorale, pourtant déclarée recevable par la chambre basse du Parlement congolais.

Devant le l’esplanade du Palais du peuple, Jacques Djoli a répondu aux questions de la presse : « nous avons sollicité justement un débat et apparemment il n’y a pas de débat. Il s’agit tout simplement des positions du groupe parlementaire. Nous sortons pour peut être attendre le débat s’il aura lieu en commission (…) Nous ne redoutons rien, nous voulons tout simplement garder la lettre du règlement et l’esprit du parlementarisme. Cette loi a été déclarée recevable, donc elle doit aller en commission pour débat. Et c’est par consensus. Si nous voulons avoir un cadre intermédiaire informel, ça doit être un cadre informel de discussion. Or nous n’avons pas la possibilité de discuter, et nous croyons qu’être à l’intérieur ou à l’extérieur de la salle ça ne change rien »

Jacques Djoli, membre du G13

Par rapport aux options évoquées par le président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso, Jacques Djoli s’est montré catégorique : « les options se lèvent en discutant. Si on ne discute pas, comment on va lever les options ? ce ne sont pas des options, ce sont des oukases. »

Par ailleurs, selon la journaliste Elysée Odia, les journalistes sortis pour interroger le G13 qui ont quitté la plénière axée sur la loi électorale ont été interdits de regagner la salle. « L’ordre est du président de l’assemblée nationale affirme un policier. »

Lire :  RDC : les chefs des institutions politiques ont rencontré André Bokundoa de l’ECC

Notons que la plénière sans le G13, a rejeté les propositions visant à interdire aux candidats de choisir comme suppléant les membres de leur famille.

L’interdiction de cumul des candidatures à deux scrutins du même degré, a également été rejetée

De nombreux observateurs évoquent ainsi des manœuvres d’exclusion aux élections présidentielles de 2023 à travers la loi électorale orchestrées par le président de l’Assemblée Nationale, Christophe Mboso. Lire aussi: RDC : après examen et réponses des initiateurs, la proposition de la loi électorale déclarée recevable

Leave a Reply

Your email address will not be published.