Jean-Marc Kabund

Hier samedi, une importante réunion de la hiérarchie de l’UDPS s’est tenue au siège du parti sous la conduite du Secrétaire général Augustin Kabuya, pour statuer sur le sort à réserver au Président ai du parti présidentiel Jean-Marc Kabund.

Rien n’a jusque-là filtré des décisions prises au cours de cette rencontre. « J’ai écouté tout le monde et je dois faire rapport à qui de droit », s’est contenté de dire Augustin Kabuya, qui n’a plus ouvert la bouche depuis la genèse de l’affaire Kabund il y a plus d’une semaine.

Augustin Kabuya devant la presse après la réunion avec les cadres de l’UDPS

A la réunion de samedi, ont pris part tous les adjoints du Secrétariat général et les Secrétaires nationaux, ceux-là même qui la veille vendredi, s’étaient fendus d’une déclaration incendiaire contre le même Jean-Marc Kabund.

Condamnations unanimes

Depuis l’annonce par tweet de la démission de son poste de 1er Vice-président de l’Assemblée nationale voilà bientôt dix jours, il ne se passe pas un jour sans une condamnation publique de Jean-Marc Kabund émanant des différents strates du parti. La dernière en date est sans doute celle des Secrétaires nationaux de l’UDPS qui traite leur Président ai de « véritable délinquant politique et de récidiviste avéré ».

Réunion des cadres de l’UDPS sur l’affaire Jean-Marc Kabund

Mais Jean-Marc Kabund lui, garde un silence de sphinx devant toute cette déferlante verbale à son encontre, depuis le communiqué laconique sur sa volte-face émis par son Directeur de Cabinet : « Il a écouté le peuple. Il ne démissionne plus. »

Tout au long de la semaine qui s’achève, des incidents opposant les pro et les anti-Kabund se sont succédés devant le siège du parti à la 10ème Rue/Limete, et ce dimanche matin, des partisans de Jean-Marc Kabund se sont violemment opposés à ceux d’un autre thuriféraire du parti, le député national Gérard Mulumba dit Gecoco, au Quartier Kingabwa, obligeant les forces de police à donner des coups de feu, de matraques et des gaz lacrymogènes.

Lire :  Le PPRD menace d'aller en cohabitation avec son allié UDPS

JM Kabund, un mort qui refuse de se faire ensevelir

Entre-temps, dans la ville haute, grossit la rumeur selon laquelle, une rencontre se serait tenue samedi la nuit entre le Président Félix Tshisekedi, autorité morale du parti, Jean-Marc Kabund et le Président de l’Assemblée nationale Christophe Mboso.

A Kinshasa, les analystes se perdent en conjectures sur ce qui se passe réellement à l’UDPS et des luttes internes qui s’y déroulent, sur fond de conservation du pouvoir et de contrôle des gros sous.

Certains affirment qu’il y aurait un véritable gap entre le Président Félix Tshisekedi d’une part, et sa famille biologique, son entourage, les cadres du parti d’autre part, sur le sort à réserver à Jean-Marc Kabund. Contrairement à la rumeur répandue par certains médias, dont certains étrangers, Félix Tshisekedi ne serait pas chaud à une éviction brutale de Jean-Marc Kabund du cercle du pouvoir, craignant certainement un mauvais retour de bâton, un point de vue que ne partagent pas son entourage familial et politique, qui voient en Kabund un empêcheur de gouverner (ou de détourner ?) en rond.

Le problème aujourd’hui serait de faire triompher la perception présidentielle face à la clameur générale anti-Kabund, sans faire éclater l’appareil du parti, ce qui expliquerait en partie le mutisme actuel de la haute hiérarchie de l’UDPS sur cette affaire. Lire aussi: JM Kabund : une démission qui joue aux prolongations