Déplacés de Drodro, Ituri

L’insécurité désormais endémique en Ituri a poussé 17 organisations humanitaires à suspendre leurs mouvements dans le territoire de Djugu. Cette décision est lourde de conséquence, car près de 320 000 personnes ayant besoin d’une aide vitale et urgente à Drodro, Fataki, Nizi, Lita, Bambu et Mangala ne peuvent plus être atteintes par ces humanitaires, selon les chiffres publiés par OCHA.

Accroissement des violences

« La population de la province de l’Ituri est victime de l’augmentation des violences. Il est impératif que les acteurs humanitaires puissent apporter une assistance sans entrave dans le respect des principes humanitaires d’humanité, de neutralité, d’impartialité et d’indépendance. J’en appelle aux autorités congolaises afin qu’elle redouble d’effort pour assurer la protection des populations civiles », David Mc Lachlan-Karr, le Coordinateur humanitaire en République démocratique du Congo, ce mardi.

Les tueries de plus de 100 personnes lundi dernier à Drodro illustre bien cette situation. On note ainsi qu’entre vendredi 19 et dimanche 21 novembre, le site des personnes déplacées de Tche, abritant près de 3 700 personnes, a été attaqué. Le village de Drodro et le site de personnes déplacées installé dans l’enceinte de l’église catholique ont également été pris pour cible, causant la fuite de plus de 16 000 personnes vers la localité voisine de Roe.

David Mc Lachlan-Karr condamne

« Je condamne avec la plus grande vigueur cette nouvelle attaque contre des civils. Je suis extrêmement inquiet de la multiplication des violences qui, ces derniers mois, ciblent les populations civiles et les sites dans lesquelles les personnes trouvent refuge dans la province de l’Ituri. En vertu du droit international humanitaire, elles doivent pouvoir s’y sentir protégées. Les parties au conflit doivent s’y conformer », a dit David Mc Lachlan-Karr.

En l’espace de 48 heures, le site de personnes déplacées de Roe, qui comptait initialement plus de 21 000 personnes, et ses alentours ont accueilli près de 50 000 nouveaux arrivants, affirme OCHA.

Plus de 1,7 million d’hommes, femmes et enfants sont déplacés à l’intérieur de l’Ituri, dont plus d’un tiers dans le territoire de Djugu ; les enfants représentent 52% des personnes déplacées. Lire aussi: Ituri : plus de 100 morts à Drodro, le bilan s’est alourdi

Leave a Reply

Your email address will not be published.