Koffi campagne PPRD

Encore une nouvelle fois, la star internationale Koffi Olomide, né Antoine Christophe Agbepa Mumba, a fait son show comme à l’accoutumée, chaque fois quand il se retrouve devant une caméra.

De passage vendredi sur le plateau très prisé de Bisolo na politik, du désormais célèbre Israël Mutombo, l’artiste-musicien multi-primé, n’a pas failli à sa réputation de « sosa mambu », qui semble lui coller à la peau. Dans l’émission d’hier, il est apparu sous sa nouvelle casquette de politicien, en tant que néo-adhérant de l’AFDC de Modeste Bahati. Du coup, notre patrimoine national n’a pas voulu faire dans la dentelle.

Koffi Olomide brocarde tout sur son passage

A la grande surprise des milliers de téléspectateurs qui suivent l’émission, c’est un Koffi défenseur des faibles qui a dominé les débats. Un Koffi déchaîné qui a fustigé les politiques congolais, plus précisément l’actuel Chef de l’Etat, qui selon lui, est en train d’échouer lamentablement, mais aussi l’ancien Président Joseph Kabila et son épouse, reprochant au premier ses énormes émoluments d’ancien Chef d’Etat chiffrés toujours selon lui, à plus de 600.000 USD le mois, le conseillant au passage de les réduire à 67.000 dollars US.

Israël Mutobo et Koffi Olomide

Pour bon nombre d’observateurs, non avertis, il ne faisait pas de doute que le nouveau Koffi était arrivé. Pourtant, à y regarder de près, Koffi Olomide, alias « quadra-kora-man », ou encore « consolateur des cœurs brisés » pour faire court, a été tout au long du long règne de Joseph Kabila, l’artiste-musicien le plus prolifique en dédicaces des politiciens en vogue dans les rues de Kinshasa.

Pas philanthrope pour un sou!

Ainsi que pour chanter les hauts faits du régime d’alors, qui en retour, le lui rendait bien, avec des enveloppes bien garnies. A titre d’exemple, rien que pour la chanson « kiti’oyo », des sources dignes de foi parlent d’un cachet de plus de 50.000 USD, touché rubis sur ongle. A cet effet, il était aussi plus souvent de toutes les messes du parti au pouvoir à l’époque (voir photo ci-contre).

Au temps des courbettes au PPRD

En homme avisé, il avait même étendu ses amitiés politiques au-delà du territoire national, faisant par exemple copain-copain avec de hauts dignitaires du Congo-Brazzaville, où il n’aurait pas laissé rien que de bons souvenirs, selon certaines sources, ou encore en Afrique de l’ouest, où il aurait frayé même avec d’anciens chefs de guerre.

Lire :  Possible tête-à-tête Félix Tshisekedi-Joseph Kabila ce samedi

D’où la question : pourquoi tout d’un coup ce nouveau visage de redresseur de tort ? La vérité serait à chercher du côté de Paris en France. Le concert de Koffi prévu en septembre prochain, est sous la menace des « combattants », dont la plupart ne manifestent aucune sympathie aux anciens et nouveaux régimes en place à Kinshasa, et c’est un euphémisme. Une détestation qui s’étend jusqu’aux artistes qui chantent à chaque les louanges des leaders politiques en place. Ces gens-là, actuellement en embuscade dans différentes capitales européennes, attendent notre Koffi national de pied ferme. Alors, ils avaient besoin d’entendre un langage qui se rapproche même petitement de leurs propres diatribes.

Lire aussi: Koffi Olomide brièvement interpellé à Kinshasa

Leave a Reply

Your email address will not be published.