Gouvernement Sama Lukonde : Félix Tshisekedi installe ses hommes au pouvoir

Le Président de la République Félix Tshisekedi a réussi son coup. En plaçant ses hommes et ses femmes aux postes stratégiques du Gouvernement, Nicolas Kazadi aux Finances, Hilbert Kabanda à la Défense, Rose Mutombo à la Justice et Aselo Okito, un dur de l’Udps à l’Intérieur, il a désormais toutes les manettes de commande du pays entre ses mains.

A partir de maintenant, il aura la haute main sur le circuit financier du pays, à travers un circuit de ses hommes de main qui va de la Présidence avec son conseiller Financier Bilomba, son Haut-Conseiller Yesu Kitenge, son Conseiller en charge des Investissements, en passant par son Directeur de Cabinet Nyembo, et l’actuel ministre des Finances, tous membres de son écurie de la diaspora.

Il ne lui reste plus désormais que de placer un autre de ses hommes de confiance à la Banque centrale, pour terminer en beauté sa prise de contrôle de la caisse de l’Etat. Avec cinq postes, dont le ministère du Budget à son allié de l’Unc largement affaibli par l’embastillement de son leader Vital Kamerhe, Félix Tshisekedi peut se permettre de jouer au grand Seigneur, question d’envoyer un message de loyauté et de respect des engagements à l’opinion, qui a tendance à lui mettre sur le dos les malheurs de son ancien Directeur de Cabinet.

A première vue, il n’est pas présomptueux d’affirmer que dans ce Gouvernement dit de l’union sacrée, le Président de la République a réussi à dribbler tout son monde, en ne réservant que des miettes à ses alliés. A Jean-Pierre Bemba et à Moïse Katumbi qui le collaient à la culotte, il a réservé des vice-primature, mais sans consistance sur la gestion interne du pays, avec respectivement Eve Bazaiba à l’environnement, et Christophe Lutundula Apala aux Affaires étrangères, un ministère copieusement dédoublé par une pléiade d’ambassadeurs itinérants et des Conseillers spéciaux de toutes natures au Cabinet du Chef de l’Etat.

Lire :  Félix Tshisekedi demande la démission de son Premier ministre

Il en va de même des transhumants FCC et PPRD, comme Jean-Pierre Lihau, détenteur d’une Vice-Primature, mais qui n’hérite que de la problématique Fonction publique, tout cela, après avoir été au four et au moulin, dans la destruction de sa propre famille politique, et après avoir été pressenti Président de l’Assemblée nationale.

Ses autres compères eux, ne s’en sortent pour la plupart qu’avec des ministères anecdotiques. Lire aussi: Le Gouvernement Sama Lukonde enfin connu

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.