Goma : affrontements interethniques sur fond de tension sécuritaire

Ce lundi 12 avril matin à Goma les rues se sont transformées en champ de bataille entre les jeunes Nande et Bakumu à la suite du désaccord sur la marche à suivre en rapport avec le mouvement anti-Monusco suscité par les massacres des populations du Nord-Kivu par les groupes armés, notamment les ADF ougandais.

 Plusieurs maisons, boutiques et différents commerces ont été incendiés et on déplore déjà la mort de 7 jeunes des camps et une vingtaine de blessés

Les jeunes Nande sont décidé à poursuivre les manifestations pour le départ de la Monusco tandis que les Bakumu sont opposés à ces manifestations, d’où les affrontements que l’on déploré ce matin dans le chef-lieu de la province du Nord-Kivu.

Le gouverneur Carly Nzanzu Kasivita opposé à toutes les manifestations

Le gouverneur de la province du Nord-Kivu a tenu une réunion restreinte du comité de sécurité pour chercher à comprendre les nœuds de ces tensions et trouver des solutions rapides et efficaces.

Carly Nzanzu Kasivita, gouverneur du Nord-Kivu

Au cours de cette réunion, une commission a été mise en place pour chercher à comprendre le vrai problème à Buhene, à la limite entre la ville de Goma et le territoire de Nyiragongo et apaiser la tension qui y sévit depuis le jeudi dernier. Elle est composée de toutes les couches sociales avec à la tête le maire de la ville de Goma, l’administrateur du territoire et certains leaders des communautés autour du périmètre qui semble être conflictuel.

Dans cette même réunion il a été décidé d’arrêter toutes les manifestations, même celles dites pacifiques étant donné que dans les manifestants, il y a aussi des civils armés a fait savoir le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Carly Nzanzu Kasivita.

Lire :  Les déplacés de Halungupa et des villages périphériques vivent le calvaire à Bulongo (Nord-Kivu)

« les informations que nous avons, dans les manifestants il y a des civils armés. D’ici-là, je vais signer ma décision pour arrêter toutes les manifestations. Parce-que nous avons compris qu’il y a des gens qui profitent de la situation pour créer des incidents meurtriers », a-t-il dit devant la presse ce lundi 12 avril 2021.

Amour Imani Christian

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.