Des pêcheurs congolais torturés par la marine Ougandaise, leurs matériels saisis

Une trentaine de pêcheurs congolais de Kyavinyonge et de Kisaka, arrêtés puis torturés par la marine ougandaise, en l’espace d’une semaine sur le lac Edouard, dans les territoires de Beni et de Lubero. Lire aussi: 27 pêcheurs congolais torturés par les marins ougandais au lac Edouard

En effet, six pêcheurs congolais de Kisaka, arrêtés jeudi 19 novembre dernier, ont été sérieusement fouettés et torturés, avant d’être relâchés par la marine ougandaise, dans la zone frontalière entre les eaux ougandaises et congolaises, selon FECOPEILE. En plus de cela, deux moteurs hors-bord leur ont été saisis. Comme les autres fois, ces pêcheurs sont accusés de franchir les frontières lacustres, ce que démentent les victimes qui accusent à leur tour la marine ougandaise d’avoir traversé les eaux congolaises pour les pourchasser.

Les faits deviennent récurrents et en réaction, comme d’habitude, la Fédération des pêcheurs artisanaux (FECOPEILE) plaide pour une action urgente des deux gouvernements, congolais et ougandais, afin de baliser les frontières lacustres.

Selon le secrétaire général de FECOPEILE, Josué Mukura, 21 autres pêcheurs de Kyavinyonge, dans le territoire de Beni ont été également arrêtés puis tabassés, toujours par les ougandais, qui ont saisi 7 moteurs et 5 pirogues, la semaine dernière.

Josué Mukura, qui déplore ces cas de tracasseries devenus répétitifs, parle de plus de 150 moteurs hors-bord et autres matériels des pêcheurs congolais saisis par la marine ougandaise depuis 2015.

Pour lui, cette situation impacte la vie socio-économique des pêcheurs et les appauvrit. Il réitère son appel aux gouvernements congolais et ougandais d’harmoniser afin de baliser les frontières lacustres. Cela éviterait, dit-il, de tels incidents et accusations mutuelles.

Lire :  Le Nord-Kivu attend de Félix Tshisekedi la paix et la sécurité

Josué Mukura insiste en demandant au gouvernement congolais de règlementer la pêche dans cette partie du Nord-Kivu et éradiquer les groupes armés qui inquiètent aussi les pêcheurs.

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.