La cour de cassation recale Vital Kamerhe

La Cour de cassation a rejeté mercredi 05 août, la requête de mise en liberté provisoire introduite par les avocats de Vital Kamerhe.

Le verdict de la plus haute juridiction du pays,  rendu 48 heures après avoir entendu le directeur de cabinet du chef de l’Etat en chambre de conseil, suite au refus de la Cour d’appel de lui accorder la mise en liberté provisoire dans l’affaire qui l’oppose au Ministère public pour détournement des deniers publics et corruption, dans le cadre du programme des 100 jours du président F.Tshisekedi.

En définitive, Vital Kamerhe restera en détention pour préparer sa défense en prévision de la prochaine audience du procès en appel fixée au vendredi 07 août.

Pour rappel, Vital Kamerhe a été condamné à 20 ans de travaux forcés pour détournement des deniers publics dans le projet de construction des maisons préfabriquées retenu dans le programme d’urgence du chef de l’État Félix Tshisekedi.

Lire :  Le procès Vital Kamerhe renvoyé en chambre de conseil le 25 mai prochain

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.