Arrêté, Jean Jacques Mamba trainé manu militari à la Cour de Cassation

C’est  depuis ce matin du 23 mai que le député national Mlc, Jean Jacques Mamba, a été cueilli par la police comme un malfrat à son domicile et trainé au Parquet général près la Cour de Cassation.

Selon une source judiciaire, cette arrestation fait suite à une deuxième plainte déposée par le député national Simon Mpiana pour Imputation dommageable et diffamation.

Ceci constitue une flagrance selon cette source judiciaire : « Jean Jacques Mamba était jusque-là sous le coup d’une plainte. Mais ce matin, une deuxième plainte a été déposée constituant une flagrance, d’où l’arrestation du député Jean Jacques Mamba ».

Le Député Jean-Jaques Mamba (en T-shirt jaune)dans la salle des plénières de la Cour de cassation à côté de Me Boris Mbuku

Simon Mpiana signe et persiste

Le plaignant, le député national Simon Mpiana insiste pour que l’accusé réponde de son grief de faux et usage de faux devant la justice :

« Je maintiens ma plainte et la bataille juridique sera rude. Je saisi une fois de plus le parquet pour Imputation dommageable et Diffamation. Je ne répondrai jamais à une quelque négociation étant donné que l’affaire est entre les mains de la justice », peut–on lire dans une lettre écrite par le plaignant ce matin encore.

Jean Jacques Mamba a confirmé plusieurs fois dans son compte Tweet qu’il avait reçu le quitus de son collègue député de l’Unc devant témoins :

« Mon collègue a reconnu devant 6 témoins (tous députés) dont un dans son propre parti politique (…) avoir signé dans la salle de congrès, donner gratuitement du travail au parquet n’est pas bon. La commission a acté la vérité et continue son travail pour les deux autres cas ».

Lire :  Le FCC interpelle Félix Tshisekedi

Cependant, Simon Mpiana rejette en bloc les propos de l’initiateur de la pétition pour la destitution du 1er Vice-président de l’Assemblée Nationale, jean Marc Kabund :

« Je tiens à préciser que je n’ai jamais été entendu ni confronté dans une quelconque commission de l’Assemblée Nationale, et que cela n’est que le fruit de l’imaginaire du collègue en perdition et qui semble être poursuivi par l’esprit du faux (Molimo ya lokuta). Conséquence à tirer de la sortie médiatique ratée de mon collègue », écrit-il dans les réseaux sociaux.

Assemblée nationale et Mlc dénoncent un vice de procédure

Le bureau de l’Assemblée nationale n’a pas tardé à réagir sur l’arrestation du député national jean Jacques Mamba ce matin à Kinshasa :

« L’Assemblée nationale dénonce fermement l’arrestation de l’honorable Jean Jacques Mamba en violation de son immunité parlementaire et des principes fondamentaux de l’Etat de droit. L’Assemblée nationale demande sa libération sans condition ».

Et à Eve Bazaiba d’enfoncer le clou :

« Pourquoi l’Udps n’aime pas la contradiction ? Cette arrestation est la conséquence d’une dictature déguisée. Hier, sieur Simon Mpiana a été confronté à ses collègues qui ont confirmé que c’est bel et bien lui qui avait signé. Pour bousiller l’affaire, on arrête l’honorable Jean Jacques Mamba. C’est très révoltant », s’irrite la Secrétaire générale du Mouvement pour la libération du Congo dans on compte tweeter ce matin.

Jusque-là la justice congolaise n’a pas encore donné une explication à la suite de cette arrestation, alors que les dispositions légales en vigueur exigent une autorisation de la chambre basse avant toute arrestation d’un député, sauf en cas de « flagrance ».

Lire :  Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat !

La Présidente de l’assemblée nationale s’est dite très surprise par cette arrestation pour n’avoir pas été informée.

Aux dernières nouvelles, e Procureur général de la République vient de suspendre le procès et demande la mise en résidence surveillée de Jean Jacques Mamba!

Jacques Kalokola

Réagissez à l'article

Your email address will not be published.