Un militant de Lucha paie le prix de la libération de Beni

C’est depuis toute la journée de vendredi 22 novembre que la population de Beni est descendue dans la rue pour revendiquer le départ des casques bleus de la MONUSCO de cette ville qui vient d’enregistrer plus de 30 civils tués par les ADF en l’espace d’une semaine.

Il a fallu quelques heures pour qu’un jeune du mouvement de Lutte pour le changement, Lucha, trouve la mort, assassiné par balle. Cet assassinat est arrivé ce samedi 23 novembre à Beni (Nord Kivu), alors que ce militant participait à la manifestation organisée pour protester contre les tueries dans cette ville.

La Lucha exige des enquêtes sérieuses suite à la mort par d’un de ses militants : «  Les militants de Lucha sont très bouleversés et effondrés d’apprendre le meurtre du camarade Muhindo Obedi.

 Il a été tué par balles de la police dans une manifestation des habitants de Beni qui protestent contre les massacres. Les militants de Lucha exigent des enquêtes sérieuses, afin que l’auteur de ce meurtre soit sévèrement puni conformément aux lois de la  « république »

Lucha plus déterminé que jamais

Le mouvement Lucha se dit prêt à la résistance pour la libération totale de cette partie du pays : «  Lucha présente ses condoléances à la famille biologique de notre camarade, qui aujourd’hui, son décès représente pour nous un symbole de la résistance. Nous discutons encore. La colère est totale dans nos rangs. On va vous communiquer la suite des événements, a dit l’un des responsables de ce mouvement citoyen, Bienvenu Matumo.

Le commissaire provincial de la police indexé

Il faut souligner que le commissaire provincial lui-même s’était prononcé hier sur l’utilisation des armes des guerres par les manifestants et que deux coups de balles seraient entendus aux alentours de mont Mihake, une colline à hauteur de Furu tirés par les manifestants armés : 

« Certainement que les amis des droits de l’homme auront le temps de dire que j’ai utilisé des moyens disproportionnés. Non, nos policiers ont recouru aux grenades lacrymogènes, parce qu’il y avait des manifestants qui leur jetaient des pierres, et sur les véhicules de la police. Vous allez me dire qu’il y a eu aussi des coups de feu (lancés par des policiers) mais je vous dis que sur le mont Mihake( une colline à hauteur du Furu), il y a eu deux coups de feu qui sont sortis du côté des manifestants, et là vous allez nous dire que nous sommes en présence des paisibles populations ? Mais non, nous sommes en présence des groupes armés, parce que la paisible population ne pas avoir une arme à feu. Voilà pourquoi vous avez entendu des crépitements de coups de feu. »

Leave a Reply

Your email address will not be published.