Félix Tshisekedi ne veut pas de manipulation, ni de règlement de compte dans les Assemblées provinciales

Le Président Félix Tshisekedi a annoncé vendredi 22 novembre au Conseil des ministres, qu’il veut éviter que les assemblées provinciales deviennent des lieux de manipulation et de règlement de compte.

Le compte rendu de cette orientation a été faite par David-Jolino Diwampovesa-Makelele, ministre de la Communication et des Médias et porte-parole du gouvernement.

« Enchainant avec la question de l’instabilité de nos institutions provinciales, le Chef de l’Etat a déploré cette situation qui n’est pas de nature à faire rayonner une belle image de notre pays à l’extérieur.

Le Chef de l’Etat a saisi cette occasion pour recommander au Gouvernement de prendre des mesures pour éviter que les assemblées provinciales deviennent des lieux de manipulation et de règlement de compte. Parmi ces mesures, il a cité l’exigence de libérer régulièrement les frais de fonctionnement et les rémunérations revenant aux différentes provinces. Le Chef de l’Etat a également préconisé l’engagement des réformes en vue de la stabilisation de nos institutions provinciales », a indiqué M. Makelele.

Le Conseil des ministres a évoqué notamment des motions de censure à l’égard notamment des gouverneurs de provinces du Kasaï-central, Haut-Lomami et Ituri.

Il note également la tension à l’assemblée provinciale de Bas-Uélé à la suite de la suspension des plénières par la présidente de l’assemblée provinciale consécutivement à la motion de défiance initiée contre elle. 

« Parmi les solutions préconisées par le Gouvernement face à cette vague d’instabilités, il y a lieu de noter les initiatives  suivantes : tenue d’un séminaire de recadrage des membres des bureaux des assemblées provinciales et des gouverneurs de province ; décaissement régulier des fonds de rétrocession aux provinces pour faire fonctionner harmonieusement les institutions provinciales », a ajouté Jolino Makelele.

Leave a Reply

Your email address will not be published.