MOE regard citoyen

La Mission d’observation Regard Citoyen (MOE) a proposé que la présidentielle en République démocratique du Congo soit organisée en deux tours en cas de ballotage. Cette proposition a été dévoilée lors de la publication de son rapport définitif d’observation des élections de décembre dernier à Kinshasa.

En effet, selon la MOE Regard Citoyen, cette mesure permettrait de résoudre la question de déficit de légitimité si le président de la République est élu avec moins de 50% de suffrage valablement exprimé. En outre, la mission a également plaidé pour le maintien du seuil légal de recevabilité et la suppression de celui de représentativité afin de préserver les droits des candidats et des citoyens de se faire élire.

Elle souhaite également que la loi électorale interdise le cumul des candidatures dans un même cycle électoral et instaure un système paritaire modulé des candidatures des femmes sur les listes des partis et regroupements politiques.

Plusieurs recommandations de la MOE pour améliorer le processus électoral

Outre la proposition d’organiser la présidentielle en deux tours en cas de ballotage, la Mission d’observation Regard Citoyen a formulé d’autres recommandations importantes. Voici quelques-unes d’entre elles :

Maintien du seuil légal de recevabilité : La mission préconise de conserver le seuil actuel de 1% des suffrages exprimés pour qu’un candidat puisse être recevable. Cela garantit que seuls les candidats ayant un minimum de soutien populaire puissent participer aux élections.

Suppression du seuil de représentativité : La MOE recommande d’éliminer le seuil de représentativité, qui exigeait que les partis obtiennent au moins 1% des suffrages exprimés dans au moins 3 provinces pour être représentés à l’Assemblée nationale. Selon la mission, cette mesure restreignait la diversité politique et devrait être abandonnée.

Lire :  RDC: Denis Kadima en tête-à-tête avec Antony Blinken à la concession Cortex

Interdiction du cumul des candidatures : La mission propose d’interdire le cumul des candidatures dans un même cycle électoral. Cela vise à éviter que les candidats se présentent simultanément à plusieurs postes électifs, ce qui pourrait compromettre leur engagement et leur responsabilité envers les électeurs.

Système paritaire modulé des candidatures féminines : La MOE suggère d’instaurer un système paritaire pour les candidatures féminines sur les listes des partis et regroupements politiques. Cette mesure vise à promouvoir la participation des femmes à la vie politique.

Ces recommandations visent à améliorer le processus électoral en RDC et à renforcer la démocratie.

Lancement de la campagne électorale de Moise katumbi  à Kisangani 2023
Lancement de la campagne électorale de Moise Katumbi à Kisangani 2023 (archives infocongo.net)

Comment ces recommandations seront-elles mises en œuvre ?

La mise en œuvre des recommandations de la Mission d’observation Regard Citoyen dépendra des autorités électorales et des législateurs en République démocratique du Congo (RDC). Voici quelques étapes possibles pour leur application :

Révision de la loi électorale : Les législateurs devront réviser la loi électorale pour intégrer ces recommandations. Cela implique des discussions, des débats et des votes au sein du Parlement congolais.

Consultations avec les parties prenantes : Les autorités électorales, les partis politiques, les organisations de la société civile et d’autres parties prenantes devront être consultées. Leurs avis et contributions seront essentiels pour élaborer des textes de loi spécifiques.

Sensibilisation et éducation : Informer le public sur ces changements est crucial. Des campagnes de sensibilisation devront être menées pour expliquer les nouvelles règles électorales et encourager la participation citoyenne.

Application progressive : La mise en œuvre peut se faire progressivement, en commençant par les élections locales ou partielles avant de les étendre aux élections nationales.

Lire :  Elections : Le PRISME informé de l'évolution des activités de la CENI

Surveillance et évaluation : Une fois les mesures en place, il sera important de surveiller leur application et d’évaluer leur efficacité. Les observateurs nationaux et internationaux joueront un rôle clé dans ce processus.

En fin de compte, la volonté politique et l’engagement des acteurs concernés seront déterminants pour garantir que ces recommandations se traduisent par des réformes concrètes dans le système électoral congolais. Lire aussi : Le rapport final de la MOE CENCO-ECC recommande des élections plus transparentes et crédibles – Infocongo

Laisser une réponse