Emmanuel Macron Président de la République Française

Le président français Emmanuel Macron arrive à Kinshasa ce vendredi 3 mars soir dans le cadre d’une tournée diplomatique en Afrique centrale qui le mène aussi au Gabon, en Angola et au Congo-Brazzaville.

Mais, le chef de l’Etat français va se heurter à une opinion publique visiblement hostile, quina organisé des manifestations à Goma et Kinshasa, où les murs de l’ambassade française ont été tagués avec des messages hostiles à Macron. En effet, certains manifestent contre sa venue et dénoncent l’ingérence de la France dans les affaires internes de la RDC. D’autres attendent que la France clarifie sa position sur la guerre à l’est et s’engage davantage pour le retour de la paix et de la stabilité dans la région.

Le président Emmanuel Macron entouré de Félix Tshisekedi et Paul KAgame à New-York
Le président Emmanuel Macron entouré de Félix Tshisekedi et Paul Kagame à New-York

Selon l’Élysée, cette visite vise à renforcer le partenariat entre la France et la RDC dans les domaines de la recherche, de la défense, des ressources naturelles et de la créativité. Elle s’inscrit aussi dans le cadre de la stratégie africaine du président français pour les quatre ans à venir. Parmi les enjeux politiques de ce voyage, il y a notamment le soutien à la transition démocratique en RDC, le dialogue avec les acteurs régionaux sur les questions de sécurité et de stabilité, et la promotion des valeurs communes comme les droits humains et l’environnement.

Privilégier le dialogue régional sur la sécurité

Le dialogue régional sur la sécurité est un des axes forts de la visite d’Emmanuel Macron en RDC. Le président français a exprimé sa préoccupation face à la situation d’instabilité dans l’est du pays, où des groupes armés sèment la violence et menacent la souveraineté de l’État. Il a condamné l’agression du Rwanda par des rebelles congolais et appelé à un dialogue politique inclusif entre les acteurs régionaux.

Lire :  Le sénateur Floribert Ntumba satisfait par l’adresse de Félix Tshisekedi sur l'état de la nation

Emmanuel Macron a également salué les efforts du président Félix Tshisekedi pour engager des consultations de paix avec les groupes armés de l’Ituri, du Nord et du Sud Kivu, qui se sont déroulées à Nairobi au Kenya2. Il a affirmé le soutien de la France à ces initiatives et à la stabilisation de la région des Grands Lacs.

Le M23 en embuscade à Luanda

De passage à Luanda, avant Kinshasa, Emmanuel Macron il a trouvé une délégation du M23 en pourparlers avec la facilitation angolaise. Selon les observateurs, cela présage de la prise en charge ou l’assomption, par la France de ses responsabilités par une implication effective dans la recherche de la paix en RDC comme l’attendent les Congolais, y compris les officiels. Une paix gravement perturbée depuis bientôt deux ans par l’activisme du M23 soutenu notoirement par le Rwanda.

Emmanuel Macron et Joao Lourenço à Luanda, Angola

La relance de l’Accord d’Addis Abeba, qui engage Paris, intervient donc au terme d’un constat de l’échec de l’initiative prise par la même Union africaine dans le cadre des processus de Luanda et de Nairobi à travers l’EAC. Et le round de pourparlers directs entre la facilitation de l’UA et le M23 est le premier du genre depuis la feuille de route de Luanda, de novembre 2023, qui n’a jamais connu un début d’exécution. La délégation de la rébellion pro-rwandaise est composée de Bertrand Bisimwa, Lawrence Kanyuka et un proche de Sultani Makenga prénommé Castro.

Enjeu économique : renforcer les échanges commerciaux

L’enjeu économique de la visite de Macron en RDC est de renforcer les échanges commerciaux et les investissements entre les deux pays. La France est le 7e partenaire économique de la RDC, avec un volume d’affaires de 1,2 milliard d’euros en 2020. Elle compte plus de 50 entreprises implantées dans le pays, qui emploient près de 15 000 personnes.

Lire :  Le Premier Ministre Ilunkamba dénonce le contreseing des ordonnances présidentielles par le VPM Kankonde

La visite de Macron va permettre de signer plusieurs accords dans les domaines de l’énergie, des infrastructures, du numérique, de l’agriculture et du développement durable1. Elle va aussi mettre en valeur le potentiel créatif et innovant des jeunes congolais, qui bénéficient du soutien de la France à travers des programmes comme La French Tech ou Digital Africa. Lire aussi: Des Congolais manifestent à l’Ambassade de France contre la venue d’Emmanuel Macron à Kinshasa