Adolphe Muzito à Kikwit

Masimanimba : Les lieutenants d’Adolphe Muzito qui font partie de sa délégation affûtent leurs armes : les hommes à l’image de Florentin Kwikila, l’homme qui souffle à l’oreille du chef, cirent leurs souliers. Tous sont en T-shirts blancs frappés de l’effigie de leur leader. Les dames du protocole se sont faites plus belles encore et plus ravissantes que jamais.

Le couple Muzito a passé la nuit dans le chic hôtel de Jean Mabaya Gizi, preuve que dans le grand Bandundu c’est d’abord la fraternité, peu importe le courant et l’option politique de l’un ou l’autre.

Le cuisinier Frédéric, très avenant, prépare un petit déjeuner lourd : la tradition dans le Bandundu c’est le fufu matin, midi et soir. Pour son entrée à Jérusalem, pardon à Kikwit, le Mfumu Mpa n’a pas choisi l’âne comme l’homme de Galilée. C’est un cortège fait de 7 discrets véhicules dont sa puissante Toyota V8 qu’il a sacrifiée sur ce qui reste de ce qu’on appelait autrefois la route de Fatundu, mais qui n’a plus vu l’ombre d’un seul véhicule depuis des années à cause de son état.

Retour à Masi, les quatre policiers affectés à la garde de l’ancien locataire de la Primature dont deux non-apparents sont aux aguets. Les deux en tenue, armes en bandoulières donnent l’impression d’avoir passé la nuit à repasser leurs uniformes qui les rendent plus dissuasifs.

Sur la chaussée, chauffeurs et quelques sportifs musclés font flotter les drapeaux du parti sur chacun de ses véhicules de cortège. « Lelo kibwisa », lance un passant impressionné par ces préparatifs. Des échos en provenance de Kikwit font savoir que les jeunes-gens de cette ville indomptable totalement acquise hier à Antoine Gizenga, et aujourd’hui à Adolphe Muzito, son fervent disciple, sont impatients.

Lire :  CHAN 2022 (Q) : après tirage au sort, la RDC hérite du Tchad

Ils ont décidément hâte de voir l’homme qui brave tous les dangers quand il faut secourir ses compatriotes en détresse. Ils veulent toucher l’homme qui depuis deux ans donne des insomnies à Kagame, après sa phrase prononcée urbi et orbi qu’il fallait faire la guerre au Rwanda et au besoin l’annexer, à une époque où Kinshasa ne redoutait rien des intentions malveillantes, belliqueuses et hégémoniques de l’ogre de Kigali.

Kikwit veut écouter l’homme qui a défié les fameux bouviers venus… de l’Est au temps forts de la kabilie. Ils veulent échanger avec le visionnaire, champion de la titrisation des terres, tout une politique de gouvernement pour que sol et sous-sol reviennent à leurs propriétaires originels expropriés injustement depuis Léopold II.

Dans quelques instants, le cortège sera en route pour un pari sans doute gagné. Manifestement, Adolphe Muzito n’a jamais porté aussi bien son post-nom « Fumutsi », le chef du pays en kikongo. Lire aussi : Fatundu auréolée par la visite du leader de Nouvel Elan, Adolphe Muzito

Celcom.