EMOE CECO-ECC à la CENI

La Mission d’Observation Électorale CENCO-ECC a exprimé le besoin d’une intervention personnelle du Président de la République pour l’organisation des États Généraux sur les élections en République Démocratique du Congo. Cette organisation de la société civile a formulé cette demande dans son rapport sur le cycle électoral 2019-2023, publié le lundi 18 juin 2024 à Kinshasa, la capitale congolaise.

Pendant le processus électoral en cours, la MOE CENCO-ECC souligne que plusieurs dispositions légales ont été violées par les différents acteurs impliqués dans l’organisation des élections. Elle exhorte le Président de la République à renforcer et à intensifier l’exercice de ses attributions conférées par l’article 69 de la constitution. Ces attributions incluent notamment le rôle de symbole de l’unité nationale, la veille au respect de la constitution et l’assurance du fonctionnement régulier des pouvoirs publics et des institutions.

Enrôlement de Moise Katumbi pour les élections 2023
Enrôlement de Moise Katumbi pour les élections de 2023

Des états-généraux de l’organisation des élections

La MOE CENCO-ECC plaide pour la tenue des états-généraux sur l’organisation des élections en République Démocratique du Congo. Selon elle, cela permettra aux Congolais de renouveler leur pacte républicain en vue de consolider le vivre ensemble autour de l’accès au pouvoir, contribuant ainsi à la paix et à la stabilité du pays. Monseigneur Donatien NShole, Secrétaire Général de la Conférence Épiscopale Nationale du Congo, a lu ces recommandations lors de la publication du rapport.

Dans le même contexte, la MOE CENCO-ECC invite le gouvernement à planifier dès maintenant le financement des prochaines élections afin d’éviter les problèmes rencontrés par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI). Elle souligne également l’urgence de doter le pays d’un registre d’état civil en accélérant le processus d’octroi de la carte d’identité aux citoyens congolais.

Lire :  Noël Tshiani : "Si Kamerhe sort de prison, la RDC est mal partie sous la présidence de Tshisekedi"

Le 4e cycle électoral en République Démocratique du Congo a vu la réélection de Félix Tshisekedi à la tête du pays avec 73,47% des voix, selon les chiffres de la Cour constitutionnelle. Moïse Katumbi Chapwe arrive en deuxième position avec 18,08%, suivi de Martin Fayulu Madidi avec 4,92% et Adolphe Muzito avec 1,12%.

Cependant, cette réélection de Félix Tshisekedi est contestée par certains leaders politiques de l’opposition en raison des irrégularités et des actes de fraude signalés après les opérations de vote. Des personnalités telles que Moïse Katumbi, Martin Fayulu et Denis Mukwege ont appelé à un dialogue pour la réorganisation des élections, préconisant une nouvelle CENI et une nouvelle Cour constitutionnelle. Lire aussi : La Cour Constitutionnelle confirme les résultats des élections sénatoriales malgré les contestations – Infocongo