Ernest Mpararo président de la LICOCO

La Ligue congolaise contre la corruption (LICOCO) lance l’alerte sur le possible détournement de 10 millions de dollars américains destinés à financer des projets de développement à Muanda, dans la province du Kongo-Central.

Des fonds alloués mais des projets inexistants

Selon la LICOCO, cette somme avait été débloquée en 2021 par la société pétrolière PERENCO, dans le cadre du renouvellement de son permis d’exploitation. Trois ans plus tard, aucun projet concret n’a vu le jour, suscitant l’indignation de l’organisation de lutte contre la corruption.

Ernest Mpararo, président de la LICOCO, pointe du doigt la Commission de gestion des fonds Muanda (CGFM), créée pour gérer ces fonds. Il accuse la commission de détournement et demande au ministère des Hydrocarbures de s’expliquer sur la gestion de ces fonds.

Didier Budimbu Ministre des Hydrocarbures
Didier Budimbu Ministre des Hydrocarbures

Manque de transparence et d’appels d’offres

La LICOCO s’inquiète également de l’absence d’appels d’offres pour sélectionner les prestataires de services depuis l’allocation des fonds, renforçant ses soupçons de détournement.

Face aux accusations, Jean Paul Makengo, directeur de cabinet de la présidente de la CGFM, rejette catégoriquement les allégations de détournement. Il affirme que les fonds ne sont pas uniquement destinés à l’électrification de Muanda, mais à divers projets de développement.

Des achats de véhicules et de matériel agricole

Le directeur de cabinet de la présidente de la CGFM explique que des voitures neuves ont été achetées et remises aux chefs de secteurs et à la police pour améliorer leur mobilité. Des kits agricoles et de pêche ont également été distribués aux agriculteurs et pêcheurs de Muanda.

Image d’illustration : Extraction d’hydrocarbures par PERENCO à Muanda au Kongo Central (ph droits tiers)

M. Makengo précise que les 10 millions de dollars ne proviennent pas directement de PERENCO, mais d’une négociation avec la société pétrolière et versés par le Trésor public. Il souligne que la CGFM a été créée pour la concertation avec la population et la mise en œuvre de projets de développement dans l’ensemble du territoire de Muanda, et non uniquement pour l’électrification de la ville.

Lire :  Le VPM Baudouin Mayo a rendu compte de l’évaluation des mesures de mobilisation des recettes de l'État

Un bras de fer entre la LICOCO et la CGFM

L’affaire met en lumière des tensions entre la LICOCO, qui défend la transparence et la bonne gestion des fonds publics, et la CGFM, chargée de la gestion de ces fonds. Des investigations indépendantes pourraient s’avérer nécessaires pour faire la lumière sur cette situation et déterminer l’utilisation réelle de ces 10 millions de dollars.