Eléments de la milice Mobondo

Le village de Parking BRB dans le secteur de Wamba, territoire de Bagata, est en proie à la terreur des miliciens Mobondo. Mardi, des affrontements entre ces miliciens et des habitants locaux ont entraîné l’incendie de plusieurs maisons et le déplacement d’une partie de la population.

Des exactions et des tirs à bout portant

A l’origine de ces violences, une tracasserie perpétrée par les miliciens Mobondo à une barrière illégale qu’ils ont érigée dans le village. Excédée, la population a riposté pour faire stopper les assaillants. En représailles, les miliciens, armés de fusils de chasse, ont tiré à bout portant sur deux chefs de services locaux : le responsable de la brigade provinciale des recettes et l’infirmier titulaire du village Kikongo, situé à une quarantaine de kilomètres.

Un village quasiment désert et des blessés graves

L’attaque a provoqué la fuite d’une partie des habitants, laissant le village de Parking BRB quasiment désert. Le bilan des blessés est d’au moins deux personnes, dont l’infirmier qui se trouve dans un état grave. Lire aussi : Kwilu/Bagata : Un autre chef de groupement abattu à Kimpasi – Infocongo

Bureau de l'administration du territoire de Bagata
Image d’illustration: Siège du parti ECIDE de Martin Fayulu, à Bagata, province du Kwilu

Le député Garry Sakata appelle à des mesures de sécurité

Face à cette situation alarmante, le député national élu de Bagata, Garry Sakata, a exigé des dispositions sécuritaires adéquates pour mettre fin aux agissements des miliciens Mobondo. Il a dénoncé leur violence et leur impact sur la population.

Une situation sécuritaire volatile et des appels à l’aide

Cette nouvelle incursion des miliciens Mobondo, qui sont des fugitifs des opérations militaires à Kwamouth, confirme la volatilité de la situation sécuritaire dans la région. Le chef du village Kimomo, situé dans le territoire voisin de Kwamouth, a également fait état de six blessés et a appelé les autorités à prendre la situation au sérieux.

Lire :  Les FARDC adoptent une nouvelle stratégie pour sécuriser les civils à Halungupa (Nord-Kivu)

Un retour de la paix compromis ?

Ces atrocités surviennent un mois après la signature d’un acte d’engagement par les autorités traditionnelles Teke et Yaka devant le Chef de l’État à Kinshasa, visant le retour de la paix et la cessation des hostilités. Cependant, les résultats de cet engagement semblent inefficaces sur le terrain, les miliciens maintenant leurs positions dans les villages occupés du territoire de Kwamouth malgré la présence de l’armée.

La situation à Bagata et dans l’ensemble du territoire de Kwamouth demeure extrêmement préoccupante et exige une mobilisation nationale et internationale pour y mettre un terme et ramener la paix dans la région.

Laisser une réponse