Bureau d'âge du Sénat

Les sénateurs congolais se réunissent ce mardi 14 mai pour la première séance plénière de la session extraordinaire inaugurale de la 4ème législature de la 3ème République. Cette séance sera présidée par le Secrétaire Général du Sénat, Jean Mukuala Bateke, et verra l’installation du Bureau d’âge, une instance temporaire chargée de piloter les premiers travaux de la nouvelle chambre haute.

Composition du Bureau d’âge :

Doyen d’âge : Pascal Kinduelo Lumbu (UDPS-Tshisekedi, Kongo-Central), 85 ans

1er Secrétaire (Questeur) : Moïse Ekumbo Lungulu (Indépendant, Tshuapa), 30 ans

2e Secrétaire (Rapporteur) : Ivan Kazadi Kakonde (Indépendant, Kinshasa), 31 ans

Missions du Bureau d’âge :

Validation des mandats des nouveaux sénateurs, élaboration et adoption du règlement intérieur du Sénat, organisation et supervision de l’élection du Bureau définitif du Sénat

Il est important de noter que sur les 109 sénateurs que compte la République Démocratique du Congo, 84 ont été élus lors des élections sénatoriales organisées dans 20 provinces du pays. Les 25 sièges restants seront pourvus lors d’élections ultérieures dans les provinces du Kwilu, Ituri, Nord-Kivu, Nord-Ubangi, Maï-Ndombe et Équateur.

Vote au sénat
Image d’illustration : vote au Sénat de la RDC (ph droits tiers)

Joseph Kabila Kabange, ancien Président de la République, devient sénateur à vie et porte le nombre total de sénateurs à 110.

La ville-province de Kinshasa compte 8 sénateurs, tandis que les 25 autres provinces en ont chacune 4.

Le Bureau d’âge joue un rôle crucial dans le démarrage des travaux du Sénat et la mise en place des conditions nécessaires au bon fonctionnement de la nouvelle chambre haute. La composition de ce bureau, avec un doyen d’âge expérimenté et deux jeunes sénateurs, reflète la diversité de la nouvelle assemblée et son engagement à relever les défis qui l’attendent. Lire aussi : RDC : Les nouveaux sénateurs élus se préparent à leur prise de fonction – Infocongo

Lire :  Nord-Kivu : les élus vont siéger et légiférer dans un paradoxe sécuritaire

Laisser une réponse