Un camp de déplacés bombardé par le M23

L’inhumation des victimes des bombardements du camp de déplacés de Mugunga à Goma, initialement prévue pour ce dimanche 12 mai, a été reportée au mercredi 15 mai 2024.

Le gouverneur militaire ad intérim du Nord-Kivu, le général-major Peter Chirimwami, explique ce report par le fait que les préparatifs ne sont pas encore finalisés. Les travaux de construction du « nouveau cimetière » à Kibati, où les corps seront inhumés, ne sont pas encore terminés.

« Malheureusement, lors de ma visite à Kibati, j’ai constaté que les caveaux sont encore en construction, et que les préparatifs au Stade, où les corps seront exposés, ne sont pas terminés », a déclaré le général-major Chirimwami à l’issue d’une réunion avec la délégation gouvernementale venue de Kinshasa et les députés nationaux du Nord-Kivu. « En concertation avec les élus et la délégation, nous avons évalué la situation et conclu qu’il était impossible d’organiser les obsèques dimanche. »

Des enfants parmi les victimes des bombes du M23 à Goma
Des enfants parmi les victimes des bombes du M23 au camp de déplacés de Mugunga à Goma

Inhumation des victimes du bombardement du camp de Mugunga reporté au 15mai

En outre, les autorités ont décidé de reporter l’inhumation au mercredi pour des raisons symboliques. « Les élus du Nord-Kivu ont également estimé que le dimanche n’était pas une date appropriée pour les obsèques », a ajouté le général Chirimwami.

Parallèlement à la préparation des obsèques, un mémorial est en cours de construction à Kibati pour honorer la mémoire des victimes. « Nous avons signé un arrêté qui désaffecte ce terrain et l’attribue au mémorial que nous allons construire ici en mémoire de nos victimes de la barbarie des Rwandais et leurs supplétifs », a déclaré le gouverneur militaire le 10 mai.

Lire :  RDC : alors qu'elle est encore en chantier, la force régionale pour l'est de la RDC refuse déjà du monde

Ce mémorial sera dédié à toutes les victimes de la guerre du M23, mouvement rebelle soutenu par le régime de Paul Kagame.

Rappelons que le 3 mai dernier, des bombes provenant de la ligne de front entre les rebelles du M23 et les FARDC ont frappé le camp de déplacés de Mugunga à Goma, faisant 36 morts et 37 blessés parmi les civils. Lire aussi : Goma : Les humanitaires dénoncent un crime de guerre et exigent la protection des civils – Infocongo

Laisser une réponse