Soldat FARDC

Lors d’une parade judiciaire au palais de justice militaire de Goma, le 16 avril, le premier président de la cour militaire du Nord-Kivu, le colonel magistrat Kabeya-Hanu-Ben, a lancé un avertissement contre le vagabondage des soldats dans la ville.

Le colonel magistrat Kabeya a exhorté les militaires de sa juridiction à respecter les lois du pays et à faire preuve de discipline. Tout militaire en divagation, sans ordre de mission, portant une arme et en tenue des FARDC, qui sera appréhendé par la police militaire, subira des sanctions sévères conformément à la loi. Cet avertissement a été prononcé devant d’autres responsables de la justice militaire.

« Si tu quittes ton poste et te promènes avec ton arme et ta tenue sans autorisation, que ce soit de jour ou de nuit, les patrouilleurs t’arrêteront (…). Et lorsque tu seras devant nous, tu seras sévèrement puni », a-t-il déclaré.

Selon lui, la justice militaire prendra des mesures contre les militaires indisciplinés qui mettent en danger la population. Ces dernières semaines, la ville de Goma et le territoire voisin de Nyiragongo ont été confrontés à une insécurité croissante, caractérisée notamment par des meurtres, des vols et des enlèvements. En moins d’une semaine, une dizaine de personnes ont été abattues dans la ville de Goma.

Quelles sont les raisons de cette insécurité à Goma ?

L’insécurité croissante à Goma et dans le territoire voisin de Nyiragongo est due à plusieurs facteurs. Voici quelques raisons possibles :

FARDC
Soldats FARDC (archives infocongo.net)

Conflits armés : La région des Grands Lacs en République démocratique du Congo a été marquée par des conflits armés persistants. Les groupes armés, les milices et les factions rivales se livrent à des affrontements, ce qui entraîne une instabilité et une insécurité pour la population.

Lire :  RDC : État de siège en Ituri : Trois ans après, un bilan sécuritaire sombre et plus de 2 000 civils tués

Faiblesse des forces de sécurité : Les forces de sécurité, y compris les FARDC (Forces armées de la République démocratique du Congo), peuvent être sous-équipées, mal formées ou corrompues. Cela peut rendre difficile la lutte contre les criminels et les groupes armés.

Pauvreté et chômage sont endémiques en RDC

La pauvreté et le chômage sont des problèmes persistants dans la région. Les jeunes sans emploi peuvent être tentés de rejoindre des groupes criminels pour survivre.

Tensions ethniques et politiques : Les tensions ethniques et politiques peuvent exacerber les conflits et l’instabilité. Les rivalités entre groupes ethniques ou politiques peuvent dégénérer en violence.

Manque d’infrastructures et de services publics : Le manque d’infrastructures de base, tels que l’éclairage public, les routes sûres et les services de santé adéquats, peut contribuer à l’insécurité. Les quartiers mal desservis sont plus vulnérables aux activités criminelles.

En somme, une combinaison de facteurs sociaux, économiques et politiques contribue à l’insécurité à Goma et dans la région environnante. La situation nécessite des efforts concertés pour renforcer la sécurité, améliorer les conditions de vie et promouvoir la stabilité. Lire aussi : Interdiction formelle aux « Wazalendo » de circuler avec des armes dans la ville de Goma – Infocongo