Nouvelles troupes des FARDC

Les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) ont intensifié leur présence à Kengezi-base, dans le territoire d’Aru (province de l’Ituri), à la frontière avec le Soudan du Sud et l’Ouganda. Cette directive a été émise par le gouverneur de la province à la suite de sa mission achevée le week-end dernier dans cette zone.

L’objectif de ce renforcement militaire est de prévenir les infiltrations récurrentes de groupes armés en provenance des pays voisins, qui commettent des exactions contre la population. Les habitants accueillent favorablement cette présence militaire.

Kengezi-base, situé au nord de la RDC, forme un triangle avec le Soudan du Sud et l’Ouganda. Dans cette région frontalière, les échanges commerciaux entre les trois pays sont fluides. Cependant, des problèmes de sécurité se posent particulièrement avec le Soudan du Sud. Selon des sources sécuritaires, des bandits armés s’infiltrent régulièrement dans plusieurs villages congolais frontaliers, perpétrant des actes violents tels que des meurtres, des vols à main armée et des occupations illégales de terres agricoles.

FARDC déployées le long de la frontière avec le Soudan du Sud pour empêcher toute infiltration

À la suite de la décision du gouverneur de province, les militaires des FARDC ont été déployés le long de la frontière avec le Soudan du Sud pour empêcher toute infiltration. La société civile, qui avait longtemps dénoncé les exactions commises par des groupes armés incontrôlés venus des pays voisins, salue cette mesure. Selon Anguva Wadri, président de la société civile de Zaki, cela permettra à la population locale de retrouver l’accès à leurs champs et de vaquer librement à leurs occupations. Lire aussi : Haut-Uélé : Nouvelle incursion de l’armée Sud-soudanaise signalée à Aru – Infocongo

Lire :  Le SG d’Ensemble pour la République Dieudonné, Bolengetenge Balea : « Nous irons demander la confiance du peuple congolais aux urnes »

Cependant, cette structure citoyenne souhaite que la présence de l’armée demeure permanente afin de préserver l’intégrité du pays.

Notons que la gestion de la frontière commune entre la République Démocratique du Congo (RDC) et le Soudan du Sud est un enjeu crucial pour la sécurité et la stabilité de la région. Voici quelques éléments sur la manière dont cette frontière est gérée :

Contrôle frontalier pour surveiller tout mouvement

Les autorités des deux pays mettent en place des postes de contrôle frontaliers pour surveiller les mouvements de personnes et de marchandises. Ces postes sont généralement situés le long de la frontière et sont chargés de vérifier les documents de voyage, les visas et les permis d’entrée.

La RDC et le Soudan du Sud collaborent pour renforcer la sécurité à la frontière. Des réunions bilatérales sont organisées pour discuter des questions de sécurité, de commerce transfrontalier et de gestion des ressources naturelles.

Soldats du Sud-Soudan
Soldats du Sud-Soudan (ph droits tiers)

Par ailleurs, les forces armées des deux pays effectuent des patrouilles régulières le long de la frontière pour prévenir les infiltrations de groupes armés et les activités illégales. Cela inclut la lutte contre la contrebande, le trafic d’armes et les mouvements de réfugiés.

Pour rappel, la RDC et le Soudan du Sud travaillent avec des organisations internationales telles que les Nations Unies et l’Union africaine pour renforcer la sécurité à la frontière. Ces organisations fournissent une assistance technique et logistique pour améliorer la gestion des frontières.

Les autorités locales des deux côtés de la frontière sensibilisent les populations sur les enjeux de sécurité et les dangers liés aux infiltrations de groupes armés. Des campagnes d’information sont menées pour encourager la coopération et la vigilance des communautés locales.

Lire :  Nord-Kivu : Les FARDC accusent le M23/RDF de violations graves des droits humains (communiqué)

En résumé, la gestion de la frontière commune entre la RDC et le Soudan du Sud nécessite une approche multidimensionnelle, impliquant à la fois des mesures de sécurité, de coopération bilatérale et de sensibilisation locale.