Criminels opérant à Goma arrêtés par la police

Les forces de sécurité ont appréhendé, dans la nuit du mercredi au jeudi 11 avril, plusieurs individus soupçonnés d’être les criminels responsables de l’insécurité croissante dans la ville de Goma, au Nord-Kivu. Parmi eux figurent trois militaires, deux miliciens Wazalendo et dix-sept femmes suspectées de complicité avec les malfaiteurs.

Ces individus, répartis en six catégories, sont accusés d’avoir commis diverses infractions, dont une fusillade survenue mercredi soir à Goma, ayant entraîné la mort d’au moins trois personnes. Ils ont été placés à la disposition de la justice en vue d’une « audition et d’un jugement ».

L’artillerie des criminels opérant à Goma/Nord-Kivu (ph droits tiers)

Le maire de Goma, le commissaire supérieur principal Faustin Kapend Kamand, a déclaré : « Nous assurons notre population qu’elle ne sera jamais abandonnée. Nous sommes profondément choqués par les événements récents, notamment l’assassinat et le braquage. Je tiens à informer nos concitoyens que les auteurs de ce braquage sont déjà entre nos mains, et la justice accomplira son devoir. Nous appelons notre système judiciaire à organiser une audience publique. »

Trois personnes fusillées à Goma
Trois personnes fusillées à Goma, mercredi 10 avril 2024 (ph droits tiers)

L’autorité urbaine de Goma va plus loin en suggérant que « les bandits armés identifiés par nos services soient transférés dans d’autres établissements pénitentiaires du pays ».

Toutefois, le maire reconnaît que l’auteur du triple meurtre survenu dans le quartier Majengo la nuit du mardi 8 avril est un militaire des forces armées de la République démocratique du Congo (FARDC).

Il exhorte la population à continuer de soutenir les autorités et à ne pas se laisser tromper par les ennemis qui cherchent à discréditer les militaires et les policiers. Lire aussi : Goma : 3 personnes fusillées à bout portant en pleine journée

Lire :  Nord-Kivu : Le commandant du FDLR/Rud neutralisé par les FARDC