Insalubrité à Kinshasa RDC

Richesses naturelles incommensurables, population jeune et dynamique, élections démocratiques régulières… La République Démocratique du Congo (RDC) possède tous les ingrédients pour un développement fulgurant. Pourtant, le pays se retrouve englué dans un cercle vicieux de pauvreté, de corruption et d’instabilité, incapable de briser les chaînes qui le retiennent enlisé.

Des élections à répétition, pour quel résultat ?

Depuis la chute du régime Mobutu en 1997, la RDC a connu plusieurs cycles d’élections présidentielles et législatives. Celle de 2018, avait été saluée comme une première transition pacifique du pouvoir entre deux chefs d’État élus. Mais, l’espoir d’un changement radical s’est vite estompé. La dernière en date, s’est déroulée sur 7 jours, qualifiée à juste titre de chaotique, avec des machines à voter dans les résidences de particuliers.

Des machines à voter sur une moto
Des machines à voter sur une moto

Ces élections de 2023 ont creusé les divisions au sein de la société congolaise et des communautés dans le pays, des messages de haine ont été distillés durant la campagne électorales, aggravant une crise de légitimité à la tête du pays.

Corruption endémique, pillage des ressources, insécurité et conflits armés

Le fléau de la corruption gangrène tous les niveaux de l’administration publique. Les détournements de fonds et l’accaparement des richesses naturelles par une élite kleptocratique privent le pays de ressources vitales pour son développement.

Penfdant ce temps, l’Est du pays est en proie à des conflits armés depuis des décennies, alimentés par des groupes rebelles et des milices locales. Cette situation d’instabilité permanente freine l’investissement et entrave la construction d’infrastructures vitales.

Soldats FARDC sur le champ de guerre au Nord-Kivu
Soldats FARDC sur le champ de guerre au Nord-Kivu

Un système éducatif défaillant et un manque d’infrastructures

L’accès à l’éducation et aux soins de santé reste un défi majeur pour la majorité des Congolais. Le manque d’infrastructures routières, électriques, de déserte en eau potable, et de communication entrave le développement économique et aggrave la pauvreté.

Lire :  Ituri : une motion de défiance contre le gouverneur Jean Bamanisa déposée à l’Assemblée provinciale

Un cercle vicieux difficile à briser

La combinaison de ces facteurs crée un cercle vicieux : la pauvreté et l’instabilité nourrissent la corruption, qui à son tour affaiblit l’État et le rend incapable de répondre aux besoins de sa population.

L’espoir d’un avenir meilleur

Malgré les obstacles, la RDC n’est pas condamnée à l’échec. La mobilisation de la société civile, la pression de la communauté internationale et l’émergence d’une nouvelle génération de leaders peuvent contribuer à briser le cercle vicieux. Le développement de la RDC passe nécessairement par une lutte acharnée contre la corruption et l’instauration d’une gouvernance responsable et transparente. L’exploitation responsable des ressources naturelles doit également être au cœur de la stratégie de développement.

Investir dans l’éducation et les infrastructures

L’éducation et la construction d’infrastructures de base sont des investissements cruciaux pour l’avenir du pays. Ils permettront de doter la population des compétences nécessaires pour participer à la croissance économique et de désenclaver les zones rurales.

Route Kasumbalesa dans le Haut-Katanga
Route Kasumbalesa dans le Haut-Katanga (Archives infocngo.net)

Le chemin vers le développement de la RDC sera long et semé d’embûches. Mais, avec un engagement ferme des autorités congolaises, l’appui de la communauté internationale et la participation active de la population, le rêve d’un Congo prospère et stable peut devenir réalité.

En conclusion, la RDC ne peut se développer durablement sans s’attaquer aux causes profondes de son sous-développement. La corruption, l’instabilité et la faiblesse des institutions constituent des obstacles majeurs qui ne peuvent être surmontés que par une volonté politique forte et un engagement de tous les acteurs. L’avenir du pays dépend de sa capacité à briser le cercle vicieux et à s’engager sur la voie d’un développement inclusif et durable. Lire aussi : RDC : Massacre à l’Est, partage des postes et félicitations mutuelles entre politiciens à l’Ouest

Lire :  Gouvernement Ilukamba : Bahati ne lâche pas prise

P.A