Vote de sanctions contre le M23 et FDLR au Conseil de sécurité de l'ONU

Le dialogue comme solution à la guerre en RDC imposée par la Rwanda et ses supplétifs du M23 était au centre des discussions au cours d’une réunion tenue mercredi 27 mars 2024, par le Conseil de sécurité des Nations unies.

Au cours de cette réunion, à l’unanimité, les membres permanents du conseil de sécurité ont estimé qu’il n’y a aucune solution militaire au conflit opposant Kinshasa à Kigali. Ces derniers ont de nouveau encouragé le dialogue, pour faciliter l’émergence de la paix.

« Il n’y a pas de solution uniquement militaire à la crise dans l’est de la RDC. Les États-Unis soutiennent fermement les efforts déployés par les acteurs régionaux, pour reprendre les processus de Nairobi et de Luanda, qui offrent les voies les plus viables, pour résoudre ce conflit qui dure depuis 30 ans », a dit l’ambassadeur des USA à l’ONU, Robert Wood.

Pour sa part, le représentant permanent de la RDC à l’ONU, Zénon Mukongo a dit que son pays est « déterminé à établir une paix durable sur l’ensemble de son territoire », mais « n’acceptera aucun arrangement de façade ».

Me Zenon Mukongo Ngay, ambassadeur de la RDC à l’ONU (ph droits tiers)

Ce dernier a appelé au retrait inconditionnel des forces rwandaises et du M23 de la RDC, tout en déclarant que le Conseil devait exiger des groupes armés de déposer les armes.

L’ambassadeur Zénon Mukongo a conclu son speech en soulignant que « le Rwanda ne nie plus la présence de son Armée sur le territoire de la RDC ». Sur base de plusieurs rapports publiés, a-t-il indiqué, les forces rwandaises participent activement aux combats, en utilisant des armes sophistiquées. Lire aussi : Le Rwanda conteste le soutien de l’ONU à la force de la SADC en RDC et saisit le Conseil de Sécurité – Infocongo

Lire :  La Délégation de l’Union européenne était à la primature