Vincent Biruta ministre des AE du Rwanda au Conseil de sécurité de l'ONU

Le Rwanda s’oppose au soutien de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en RDC (MONUSCO) à la Force de la SADC, présente dans l’est de la RDC, et a saisi officiellement le Conseil de Sécurité de l’ONU.

Dans une lettre adressée à Carolyn Rodrigues-Birkett, Présidente du Conseil de Sécurité de l’ONU, Vincent Biruta, Ministre rwandais des Affaires Étrangères et de la Coopération Internationale, a essayé d’empêcher le soutien de l’ONU à la Force militaire de la SADC dans l’Est de la RDC (SAMIDRC).

Un char léger de la MONUSCO dans l’est de la RDC (ph. MONUSCO)

M. Biruta a rappelé que le Conseil de sécurité avait demandé à la MONUSCO d’étudier la possibilité de fournir un soutien logistique et opérationnel limité à la Force de la SADC. Il a aussi demandé au Conseil de Sécurité de ne pas aggraver le conflit dans l’est de la RDC en ne révisant pas la demande de soutien logistique et opérationnel à la coalition menée par les FARDC.

Le Rwanda accuse la communauté internationale

Le ministre Rwandais a dénoncé la durée du conflit dans la région, imputant la faute à la communauté internationale pour avoir négligé les causes profondes du conflit.

Il a prévenu que le soutien logistique et opérationnel de l’ONU encouragerait la RDC à chercher une solution militaire plutôt qu’une solution négociée et pacifique de la crise.

M. Biruta a aussi alerté sur les risques d’une telle initiative, notamment la remise en cause de toute solution pacifique de la crise, la recrudescence de violences ethniques et le danger de conflit régional.

Terroristes M23-RDF
Terroristes M23-RDF dans le Nord-Kivu/RDC (ph. droits tiers)

Le ministre a affirmé que le Rwanda était disposé à jouer son rôle dans le soutien à une résolution pacifique du conflit dans l’est de la RDC, tout en prenant des mesures préventives et défensives contre les intentions affichées des présidents de la RDC et du Burundi de renverser le gouvernement du Rwanda et contre la menace des forces génocidaires rwandaises opérant dans l’est de la RDC.

Lire :  Le Sommet de Luanda entre Lourenço, Tshisekedi, Kagame et Ndayishimiye renvoyé à jeudi

La Force de la SADC en RDC a été déployée le 15 décembre 2023 pour appuyer le gouvernement congolais dans ses efforts pour rétablir la paix et la sécurité dans l’est du pays, une région touchée par une augmentation des conflits et de l’instabilité liée à la réapparition de groupes armés. Deux soldats sud-africains ont d’ailleurs été tués et trois autres blessés lors d’un incident survenu dans le cadre de cette mission. Le gouvernement congolais considère que c’est une attaque orchestrée par Kigali.

Attitude inédite du Rwanda

Pourquoi le Rwanda s’oppose-t-il au soutien de l’ONU à la Force de la SADC, déployée dans l’est de la RDC ?

Il faut se rappeler que le pays de Paul Kagame a toujours nié soutenir le M23, un groupe rebelle accusé de commettre des atrocités en RDC, et accuse le président congolais Tshisekedi de chercher à reporter les élections dans son pays.

Le pays de mille collines craint que le soutien logistique et opérationnel de l’ONU à la Force de la SADC n’encourage la RDC à privilégier une solution militaire au lieu d’une solution négociée et pacifique de la crise.

En outre le Rwanda redoute que le déploiement de la Force de la SADC n’aggrave la situation sécuritaire dans la région, en provoquant des violences ethniques et un risque de conflit régional.

Paul Kagame se dit prêt à soutenir une résolution pacifique du conflit, mais se défend contre les menaces des présidents de la RDC et du Burundi de renverser son gouvernement et contre la présence des forces génocidaires rwandaises dans l’est de la RDC. Lire aussi : Pourquoi les États-Unis et le Royaume-Uni continuent-ils à soutenir le Rwanda malgré les crimes en RDC ? – Infocongo