Activistes des droits de l'homme arrêtés

Une dizaine d’activistes membres des mouvements citoyens ont été appréhendés aux abords du Palais du peuple à Kinshasa, dans la soirée du samedi 3 février, alors qu’ils manifestaient contre l’agression rwandaise et les 600 jours d’occupation de la ville de Bunagana par le M23.

L’opération, dirigée par des individus en civil se prétendant membres des services de sécurité, a pris les activistes par surprise. « Ils se sont camouflés et ont fait semblant de participer à notre action avant de mener leur opération », ont déclaré les témoins.

Parmi les personnes arrêtées figurent entre-autres Bienvenu Matumo, Fred Bauma de la LUCHA, Maud-Salomé Ekila . Les activistes ont été embarqués dans un véhicule et conduits à une destination jusqu’à présent inconnue. Cette arrestation survient dans un contexte de tensions liées aux revendications citoyennes et aux préoccupations sécuritaires.

La LUCHA exige la libération des activistes

Réagissant à cette arrestation, dans un communiqué, le mouvement citoyen la LUCHA appelle les autorités congolaises « à libérer immédiatement et sans condition nos 7 camarades et à mettre immédiatement fin aux restrictions diverses imposées aux citoyens conscients qui ne font que rappeler aux dirigeants leur responsabilité. Nous nous en appelons au président Félix Tshisekedi qui se vante d’être attaché à l’Etat de droit alors que la restriction de l’espace civique est croissante depuis son arrivée au pouvoir, nous l’appelons à se raviser.

Au lieu de procéder aux enlèvements de citoyens inoffensifs à Kinshasa, les services de sécurité peuvent se rendre utiles à l’est de la République démocratique du Congo où sevissent des groupes armés dont le M23. À ce titre, nous appelons les services de sécurité à relancer les offensives militaires pour libérer les territoires occupés à l’est du pays, neutraliser tous les groupes armés et protéger les civils exposés aux exactions des bandits armés de tous bords. » Lire aussi : Après une année d’occupation de Bunagana, la société civile de Goma exige la démission de Sama Lukonde – Infocongo

Lire :  Faute de Covid-19, la RDC contrainte à revoir l’affection de ses ressources et ses priorités (F. Tshisekedi)