Véhicules MSF au Nord-Kivu

L’ONG Médecins Sans Frontières (MSF) a pris la décision de délocaliser la majeure partie de son personnel de Mweso à Kitshanga, dans le territoire de Masisi.

Cette décision fait à la suite de l’explosion d’une bombe vendredi matin, à seulement trois mètres de leur importante base à Mweso, située à proximité du bureau central de la zone de santé. Selon la coordinatrice de MSF-Mweso, Tchalar Tahiroglu, cette délocalisation est temporaire, en attendant l’évolution de la situation sécuritaire sur le terrain.

« Vers 9h45, une bombe a explosé à trois mètres de notre base. À la suite de cet événement, nous avons pris la décision de réinstaller temporairement une grande partie du personnel à Kitshanga pour observer la situation. L’hôpital général de référence et le centre de santé restent fonctionnels, avec le soutien de Médecins Sans Frontières », explique Tchalar Tahiroglu, coordinatrice de MSF à Mweso.

La population évacue Mweso (Nord-Kivu) après les attaques du M23 (Ph. droits tiers)

De nouveaux combats entre la coalition Wazalendo-FARDC et les terroristes du M23/RDF ont été signalés vendredi, à 2 km du centre de Mweso. D’autres affrontements ont été signalés dans le territoire de Rutshuru, plus précisément à Bambo, où les rebelles du M23/RDF continuent de recevoir des renforts en provenance du Rwanda et de l’Ouganda, selon plusieurs sources locales.

Selon l’armée, une bombe larguée par l’ennemi depuis la colline de Kagano est tombée vendredi dans le quartier Mugunga, à Goma. L’explosion a fait au moins deux blessés et endommagé des habitations. Dans un communiqué, l’armée a appelé la population au calme et à ne pas céder à la panique. Lire aussi : La force de la SADC s’apprête à s’engager contre le M23 dans l’est RDC – Infocongo

Lire :  Processus électoral : Angélique Nyirasafari exige de connaitre le sort des zones sous contrôle du M23

Avec Radio Okapi.net