Lancement de la campagne électorale à Kinshasa

Le rêve de ceux qui croyaient que les élections n’auront pas lieu est en train de tourner court. En effet, conformément au calendrier électoral de la CENI, la campagne électorale a été lancée officiellement le dimanche 19 novembre 2023, sur toute l’étendue du pays, sauf une partie du Nord-Kivu, notamment Masisi et Rutshuru.

Le président sortant, Félix Tshisekedi, a officiellement lancé sa campagne électorale au stade des Martyrs le dimanche 19 novembre 2023, devant les membres et militants de l’Union Sacrée.

Lancement de la campagne électorle de Félix Tshisekedi au Stade des Martyrs de Kinshasa

Et le lundi 20 novembre 2023 à la place de la poste à Kisangani, son challenger de l’Opposition, Moïse Katumbi Chapwe, a donné le coup d’envoi sa campagne électorale à l’Américaine devant la population de la Tshopo.

Un mois de bruits, vérités et mensonges

Pendant 30 jours, les candidats à la présidence de la République vont sillonner le pays, ceux à la députation nationale et provinciale, ainsi que les conseillers municipaux vont sillonner les villes, territoires, communes, quartiers, chefferies ou secteurs pour se faire élire. A une seule condition que les électeurs soient convaincus par le discours, démagogique ou pas.

Comme nous les savons, la campagne électorale est un ensemble concerté d’actions destinées à exercer une influence sur l’opinion, sur certaines personnes.

À cette période où les candidats sont autoriser à battre la campagne, ils sont obligés de parcourir en tous sens pour inquiéter l’adversaire. Aucun d’entre eux ne peut pas éconduire les électeurs, mais une fois élu, ceux-là qui les ont voté sont éconduits par certains d’entre-eux.

Lancement de la campagne électorale de Moise KAtumbi à Kisangani

Du début, ce dimanche 19 novembre, à la fin, le 18 novembre 2023, la population, en sa qualité d’électeur, sera gâtée par des propos ou discours dithyrambiques. Chaque candidat avec ses panégyristes vont nous boucher les oreilles par des paroles et éblouir les yeux par des écrits à la louange très excessif enfin de chercher à se faire élire. 

Lire :  Goma : le centre d'enrôlement de Byahi vandalisé après meurtre d'un requérant de la carte d'électeur

Ce qui étonné plus d’un est qu’à la présidentielle, 26 candidats s’engagent dans la course alors que l’électivité n’est que d’un siège.

Tout est prioritaire pour ce nouveau quinquennat

En RDC, tout est prioritaire, mais après les élections, le président élu doit savoir que la priorité des priorités est de panser les blessures d’une population traumatisée. Et de mettre tout le monde au travail. Que les nouveaux responsables en soient arrivés à la conclusion que les 63 ans de l’indépendance de notre pays, sont les années plus préjudiciables à la RDC en dit long sur l’ampleur du marasme et du traumatisme causés. Tout congolais doit voter utile en fermant les yeux à l’achat de conscience.

Où va la RDC ? Personne aujourd’hui, pas même les intéressés, ne peut le dire avec certitude. Ce qui est sûr, les nouveaux dirigeants qui seront issus des élections du 20 décembre 2023 doivent avoir la volonté de redresser la situation et de tout faire pour promouvoir un développement à la mesure des nombreuses richesses de notre pays. Et d’effacer toute trace des malheurs et des tares du passé. Présidentielle 2023 : Matata, Kikuni et Diongo déjà à Kisangani pour accompagner l’équipe de Katumbi

Gel Boumbe