Village incendié en Ituri

Au moins 14 personnes ont été tuées en l’espace d’une semaine dans les villages bordant la localité de Mamove, à la limite entre les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. En effet, la violence a repris de l’ampleur à l’ouest de la cité d’Oicha, dans le territoire de Beni, au Nord-Kivu.

La société civile locale impute ces attaques meurtrières aux combattants des Allied Democratic Forces (ADF. Les premières agressions ont ciblé les villageois travaillant dans leurs champs à Kalalangwe et Mamdimo à partir du lundi 18 septembre. Huit civils ont été tués à coups de machette et par balles alors qu’ils étaient en pleine activité.

Les assaillants ont ensuite poursuivi leurs attaques le samedi suivant dans les villages voisins de Tchani-Tchani et Mambau, où six autres agriculteurs ont été tués. Kinos Katuho, président de la société civile de Mamove, a déclaré que ce bilan pourrait s’alourdir car dix autres personnes sont portées disparues.

population massacrée au Nord-Kivu
Dépouilles des populations massacrées au Nord-Kivu

Cependant, la société civile a dénoncé la collaboration présumée de la population locale avec les rebelles, ce qui serait, selon eux, à l’origine de ces morts. Certains civils, dans le nord-est de Mamove, se seraient déguisés en membres des ADF et auraient collaboré avec les assaillants en leur fournissant des produits de première nécessité. Kinos Katuho a averti contre de telles actions.

Tueries accrues malgré la présence des éléments FARDC et UPDF

Depuis la fin de l’année 2021, les armées congolaise et ougandaise mènent des opérations conjointes dans une partie de l’est du territoire de Beni, mais ces opérations n’ont pas encore atteint l’ouest. La société civile appelle l’armée ougandaise à se déployer dans cette zone pour traquer les assaillants et mettre fin à ces violences. Cette région a vu l’émergence de plus de dix nouveaux bastions rebelles, notamment à l’est de Mamove, vers la rivière Samboko, et au nord-est de Beu-Manyama.

Opérations conjointes FARDC-UPDF
Opérations conjointes FARDC-UPDF

Par ailleurs, au centre de la cité de Lubero, également dans la province du Nord-Kivu, les moto-taxi sont en grève ce lundi 25 septembre. Ils protestent à la suite du meurtre d’un des leurs, dont le corps a été retrouvé dans une rivière. Les premières informations indiquent que des chrétiens se rendant à l’église ont découvert le corps de leur collègue dans la rivière Munovo. Quatre jeunes ont été identifiés comme des suspects et ont été arrêtés par les services de sécurité.

Lire :  Beni : Découverte d'une grenade à Kyatsaba

Enfin, dans la nuit de dimanche à lundi, une nouvelle attaque attribuée aux combattants des ADF a ensanglanté la région de Beni, dans l’est de la RDC. Au moins quatre personnes, dont trois femmes, ont perdu la vie lors de cette violente agression perpétrée dans le village de Kavisa, situé dans la localité de Kikingi, relevant du secteur de Ruwenzori, dans le territoire de Beni, Nord-Kivu. Une cinquième personne a été grièvement blessée lors de cette attaque.

Exécutés à domicile

L’attaque a commencé vers 21 heures, et la plupart des victimes ont été sauvagement agressées dans leurs propres maisons, à coups de machette et de balles. Une réaction coordonnée des forces armées congolaises et ougandaises a permis de repousser l’attaque. Un combattant ADF a été capturé au cours de cette opération. Toutefois, le bilan de cette attaque reste provisoire et pourrait évoluer à mesure que l’enquête progresse.

Il s’agit de la deuxième attaque attribuée aux rebelles ougandais ADF dans cette région au cours de la semaine. La semaine précédente, une attaque similaire avait coûté la vie à trois personnes dans le village voisin de Nzobulo. Dans cette zone, les armées congolaise et ougandaise mènent conjointement des opérations depuis la fin de l’année 2021 pour tenter de rétablir la sécurité. Lire aussi : La Monusco exige une enquête après le massacre de près de 40 civils par les ADF à Mukondi et Mausa – Infocongo

Avec Actualite.cd