Direction de ODEP

L’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) a publié une étude sur la problématique de la santé publique en RDC et a abouti à un constat amer : « la politique nationale de santé est servilement copiée d’un modèle étranger avec plusieurs conséquences néfastes ».

En effet, dans le cadre de sa mission axée sur le suivi et le contrôle citoyen des politiques publiques, l’ODEP a publié une étude intitulée « la politique publique de la santé pour la RDC : la priorité accordée à la prévention et la médecine pour collectivité. »

A travers cette étude, la société civile par la voie de l’ODEP se propose de présenter une vision politique alternative du secteur pro-pauvre de la santé publique en RDC. Cette ONG congolaise diagnostique dans son étude, le manque d’une politique claire sur le secteur de la santé en RDC.

« Par exemple, il est évident que 80 % des maladies de l’enfant chez nous peuvent être évitées par des mesures simples qui doivent peu à la médecine, sinon rien du tout : l’adduction d’eau potable et l’amélioration des cultures vivrières ont un impact plus important sur les diarrhées et la malnutrition. Le paludisme peut être enrayé grâce à des mesures d’assainissement des cours d’eau et également à l’approvisionnement en eau potable », fait savoir l’ODEP.

Cette ONG estime que la politique de santé mise en RDC est servilement copiée d’un modèle étranger avec comme conséquences néfastes : la dépendance technologique et industrielle, faible rentabilité, couverture insuffisante des besoins sanitaires, manque de dynamisme et de créativité.

Propositions pour une politique de santé d’avenir

Il s’agit, premièrement d’accorder la priorité à la médecine rurale sur la médecine urbaine. Car pour l’ODEP, le développement n’est possible que si l’activité économique a pour moteur l’ensemble de la population. « Or, 80 % sont des ruraux. Malgré les bouleversements apportés par la prétendue modernité des villes, notre population rurale demeure la seule détentrice de la continuité et de la stabilité sociale. C’est donc logiquement à cette part importante de nos ressources humaines que nous devrons consacrer l’Essentiel de nos préoccupations en matière de santé publique. La situation actuelle, c’est-à-dire le désert sanitaire de nos régions rurales est humainement inadmissible », note l’ODEP.

Lire :  Isidore Ndaywel concocte un nouveau projet de Constitution avec un mandat présidentiel de 9 ans non renouvelable

Secundo, l’ODEP estime que le nombre très réduit des pratiquants dans le domaine médical (médecins, infirmiers, etc.) exige que l’on se tourne vers la médecine communautaire et de collectivité, dont l’épidémiologie est l’outil d’investigation et le guide. « Ceci permettrait à nos pratiquants de ne pas diluer leurs efforts et d’agir sur le niveau de santé général », écrit l’ODEP.

Tertio, Accorder la priorité à la médecine préventive plutôt qu’à la médecine de soins.

« Ce principe repose sur le coût de la médecine curative comparé à la rentabilité d’une politique de prévention bien conduite. L’action préventive a pour but d’empêcher l’apparition même de la maladie, mais aussi d’en atténuer les effets », indique le document de l’ODEP.

Quarto, Priorité accordée à la protection maternelle et infantile et à l’éducation sanitaire.

« L’éducation sanitaire revêt une importance fondamentale dans la perspective d’une prise en charge personnelle de sa santé par l’individu. Elle est la charnière de l’action strictement médicale et des autres facteurs du développement », peut-on lire dans ledit rapport. Lire aussi : L’Observatoire de la Dépense Publique (ODEP) inquiète de la nomination de Vital Kamerhe – Infocongo