front end loader

Le gouvernement congolais a adopté le projet de décret portant création, organisation et fonctionnement d’un Service Public dénommé « Inspection Générale des Mines » (IGM en sigle). Il a été présenté par la ministre des Mines, Antoinette N’samba, lors de la 94ème réunion du conseil des ministres tenue vendredi 14 avril 2023.

« L’Inspection Générale des Mines » (IGM) a pour mission entre autres de lutter contre la fraude et la contrebande minière sous toutes les formes, de concevoir, mettre en œuvre et assurer le suivi de l’exécution des mesures pratiques de collaboration sur le terrain entre les services et organismes publics ayant dans leurs attributions la lutte contre la fraude et la contrebande dans le secteur des Mines », rapporte le compte rendu de la réunion

Montagne de scories de la Gécamines
Montagne de scories de la Gécamines à Lubumbashi

Doté de l’autonomie administrative et financière, ce service public est placé sous l’autorité du ministre ayant les Mines dans ses attributions. D’après la source précitée, ce service public entend renforcer la synergie entre les services de l’État habilités dans les mécanismes de lutte contre la fraude et la contrebande minière, contrôler et veiller à la traçabilité des produits miniers du site d’exploitation au point d’exportation.

« Pour le gouvernement, il est question de consacrer les efforts et les moyens nécessaires pour permettre au secteur minier de jouer son rôle véritable de levier de développement socioéconomique du pays », précise le compte de la rendu du considère des ministres.

La République Démocratique du Congo possède un énorme potentiel dans le secteur minier. Toutefois, il a été démontré qu’il existe des pratiques illicites qui font perdre à l’État congolais des milliers de dollars américains. L’économie congolaise est beaucoup plus soutenue par les activités minières. Lire aussi : La ministre UDPS des Mines arnaque-t-elle la société Wabalengela Kasai Investment Congo SARL ?

Lire :  Le M23 a officiellement transféré le contrôle de Kibumba à la force régionale de l’EAC