Membres du Conseil de paix et sécurité de l'UA

La délégation du conseil de Paix et sécurité de l’Union Africaine est arrivée mercredi 22 mars 2023 à Goma pour une mission d’évaluation de la situation sécuritaire et humanitaire dans l’Est de la RDC.

Elle a eu une séance de travail avec les autorités provinciales, la Monusco et la force régionale de l’EAC avant de se rendre au camp des déplacés de Kanyaruchinya pour s’imprégner des conditions des personnes qui ont fui les affrontements entre l’armée et la rébellion du M23. Goma est la deuxième étape après Kinshasa.

Déplacés de guerre près de Goma (Nord-Kivu)

« Chaque fois qu’un congolais meurt, un congolais violé ou toute violence de quelle nature qu’elle soit toute l’Afrique gémit, pleure et souffre. Il est temps maintenant que ceci cesse, il est urgent que cette souffrance cesse et que chacun des déplacés retourne dans son milieu naturel de vie. Nous allons travailler sur ça. Comptez sur nous, comptez sur la sagesse des Chefs d’Etat de l’Union Africaine. Comptez sur toute l’Afrique. Nous sommes venus vous réitérer ce soutien et certainement qu’ensemble nous pouvons trouver une solution durable », a déclaré devant les déplacés, Willy Nyamitwe, l’ambassadeur du Burundi à l’Union Africaine et chef de la délégation de 15 ambassadeurs

Recueillir des informations pour éclairer les décisions

Le Conseil Paix et de Sécurité effectue cette mission de terrain afin de recueillir des informations sur la situation en RDC en vue de mieux éclairer ses décisions sur les mesures et interventions requises pour aider le pays à relever plus efficacement les défis liés à la paix et à la sécurité.

Lire :  Beni : L'administrateur militaire a pris officiellement ses fonctions

Cette mission intervient après le sommet de l’UA en février dernier à Addis-Abeba sur la situation dans l’Est de la RDC marquée par l’offensive du M23 qui occupe de vastes zones dans les territoires de Rutshuru, Nyiragongo et Masisi. Ce sommet comme tant d’autres avait demandé au M23 de se retirer des zones occupées mais sur le terrain cette résolution peine à être matérialisée.

L’intégrité de la RDC est de plus en plus menacée par l’expansion des rebelles du M23 et l’activisme des groupes armés locaux et étrangers. La RDC continue d’accuser le Rwanda de soutenir les rebelles du M23. L’appui du Rwanda aux rebelles du M23 est corroboré par des experts de l’ONU et plusieurs pays occidentaux, bien que Kigali s’en défende. Lire aussi : Le Conseil de paix et sécurité de l’Union africaine arrive à Kinshasa ce lundi