Le M23 recrute des jeunes

L’armée rwandaise et leurs supplétifs du M23 renforcent leurs rangs en recrutant de force des jeunes congolais des territoires qu’ils ont conquis à l’est de la RDC. En effet, au cours du dernier conseil de ministres de vendredi 17 mars, le ministre de la Défense nationale et Anciens Combattants a annoncé le départ de la coalition RDF/M23 dans certaines localités tout en se renforçant avec des nouvelles recrues vers Chanzu (Nord-Kivu).

Jeunes recrutés de force par le M23 et les RDF

« À ce propos, il a évoqué notamment le retrait des RDF de Kibirizi et d’autres localités situées entre Mushaki, Mweso et Sake en vue de se concentrer sur les axes Kitshanga, Tongo et Kibumba. Dans leur désengagement progressif, les RDF se renforcent et emportent des jeunes gens en vue de les soumettre à une formation militaire forcée à Chanzu », rapporte le compte-rendu de la 91e réunion du conseil des ministres du vendredi 17 mars.

Groupe terroriste armé par le Rwanda

Le M23, groupe terroriste armé par le Rwanda continue de commettre des atrocités contre la population civile de la RDC, dont le recrutement forcé de jeunes, dont les conséquences sont graves et multiples. Selon les services de l’enfance de l’ONU, les enfants recrutés sont exposés à des violations des droits humains, comme les enlèvements, les meurtres, les mutilations, les violences sexuelles et le travail forcé. Ils sont aussi privés de leur éducation, de leur famille et de leur enfance. Certains sont contraints de commettre des atrocités contre leur propre communauté. Ceux qui décident de quitter l’armée ou qui sont libérés ont souvent du mal à se réintégrer dans la société et à surmonter les traumatismes subis.

Lire :  Union sacrée : une arrivée mouvementée de Moïse Katumbi à Kinshasa

Dans un autre registre, le ministre de la Défense a justifié les récentes attaques des ADF MTM à Beni à la suite de la traque de la coalition FARDC-UPDF qui vient de démanteler leur réseau

« Donnant les détails sur la situation sécuritaire dans la zone opérationnelle, le ministre de la défense nationale et anciens combattants a informé le conseil que la province du Nord-Kivu fait face à des actes de représailles dirigés contre la population par les terroristes ADF/MTM suite aux opérations de démantèlement des réseaux de leurs collaborateurs », ajoute le gouvernement.

Poursuite des opérations conjointes FARDC-UPDF

Pendant ce temps, les opérations conjointes FARDC-UPDF contre les terroristes ADF se poursuivent.

Dans la province de l’Ituri, la situation sécuritaire des affrontements entre les miliciens CODECO et Zaïre à Djugu, Mahagi sont toujours permanents, et entre les FARDC et ces groupes armés.

Force est de constater que l’intégrité de la RDC est de plus en plus menacée par l’expansion des rebelles du M23 et l’activisme des groupes armés locaux et étrangers. La RDC continue d’accuser le Rwanda de soutenir les rebelles du M23. L’appui du Rwanda aux rebelles du M23 est corroboré par des experts de l’ONU et plusieurs pays occidentaux, bien que Kigali s’en défende.

Plusieurs initiatives diplomatiques, infructueuses jusqu’à présent, ont été lancées, notamment par l’EAC, qui a créé une force régionale censée s’assurer du retrait du M23 des positions conquises depuis un an. Mais sur terrain, la situation ne s’améliore pas toujours, la rébellion poursuit son offensive. Lire aussi : Le M23 poursuit ses bombardements sur Sake, tuant quatre civils