Chef d'Antenne CENI Beni Kamate Mulume François

Le chef d’antenne de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) du territoire de Beni (Nord-Kivu) a été révoqué de ses fonctions pour « atteinte à l’intégrité du processus électoral et à la crédibilité de l’administration électorale ».

Dans sa décision datée du 2 mars et parvenue à la presse ce mercredi 15 mars, le président de CENI, Denis Kadima, accuse le chef d’antenne de la CENI du territoire de Beni, Kamate Mulume François, d’avoir été complice du monnayage dans le recrutement des agents temporaires affectés dans des centres d’inscription des électeurs, occasionnant, par la suite, des irrégularités constatées dans la révision du fichier électoral.

Matériel électoral de la CENI acheminé par la MOUNSCO à Beni

Faute lourde

Pour Denis Kadima, ces faits sont constitutifs de faute lourde au regard de l’article 84 du règlement administratif et financier de la CENI. « Monsieur Kamate Mulume François, n’a pas observé les instructions et consignes de travail en recrutant au mépris de la procédure dictée par la hiérarchie des membres de centres d’inscription et en usant des pratiques de monnayage dans le recrutement des agents temporaires », déplore Denis Kadima qui décide par conséquent de le révoquer de ses fonctions de chef d’antenne.

Kamate Mulume François quitte la CENI en pleine phase d’inscription des électeurs, amors qu’il pilotait l’antenne de la CENI dans une zone confrontée à plusieurs défis sécuritaires liés notamment à la présence des groupes armés dont les ADF.

Il laisse une antenne confrontée aux difficultés d’atteinte des électeurs attendus dans une zone où nombreux ont fui leurs villages ou encore des difficultés de sécurisation des centres d’inscription dans une zone où des centres sont attaqués et cambriolés, et des kits électoraux emportés. Lire aussi : Goma : Deux agents de la CENI révoqués pour monnayage des cartes d’électeur

Lire :  La CENI en session de formation de ses juristes sur les contentieux électoraux