Adolphe Muzito à Fatundu

C’est au son de la fanfare que le leader de Nouvel Élan, Adolphe Muzito, a fait son entrée à Fatundu le mardi 14 février 2023 sous le coup de 16 heures.

Combien étaient-ils ? A en croire des estimations, des dizaines des milliers, donnant littéralement l’impression que tout Fanta la belle s’était déplacé pour accueillir ce grand leader du grand Bandundu. Tout a été préparé avec minutie, présentation d’un bouquet des fleurs par une ravissante jeune fille, salutations aux notables.

Un Tchipoy est même apprêté, mais voulant communier avec ses nombreux partisans, le Mfumu Mpa a préféré marcher, ovationné par une foule qui a visiblement du mal à croire à cette visite d’une aussi grande personnalité de premier plan dans cette contrée abandonnée, sans route, sans ressources.

Je suis venu en consultation

Dans une grande salle pleine avec toutes les catégories de la population, jeunes, notables, représentants de la société civile, chefs traditionnels, Adolphe Muzito a expliqué le sens de sa tournée : « Je suis venu en consultation », a lâché l’homme qui brave tout danger et qui n’hésite à aller secourir son peuple partout où le besoin se fait sentir. Pourquoi Fatundu ?

La population de Fatundu écoutant Adolphe Muzito

La réponse est claire, le secteur de Wamba dans le territoire de Bagata a été victime des atrocités des assaillants après le territoire de Kwamouth dans Mayindombe : villages incendiés, razzia, chef de village capturé, ligoté, décapité et coupé en morceaux, à Bukusu notamment.  Face à la panique généralisée, tout ce que Wamba compte comme habitants s’est retrouvé à Fatundu.

Après Kwamouth dans le Mai-Ndombe, Kenge, Popokabaka, Kasongo-Lunda dans le Kwango, Kimvula et Kisantu dans le Kongo Central, Adolphe Muzito a posé ses valises à Kolokoso, secteur frontalier entre le Kwango et le Kwilu, avant de retrouver les habitants de Fatundu dans Bagata. Ici comme ailleurs, le leader du grand Bandundu est porteur d’un même message, celui de la titrisation des terres qui depuis l’époque léopoldienne n’ont jamais été retournées à leurs propriétaires originels, les chefs des terres.

Lire :  Candidat à la présidentielle 2023, Adolphe Muzito entend « libérer le Congo »

“Il est nécessaire de procéder à des réformes de la loi foncière”

Et pour cela Muzito estime qu’il est nécessaire de procéder à des réformes de la loi foncière. Dans ce rendez-vous du donner et du recevoir, Adolphe Muzito s’est aussi mis à l’écoute des dépositaires des questions coutumières. Il apprend aussi de la part de ses interlocuteurs.

En visionnaire, Monsieur Muzito estime qu’il y a urgence, surtout avec les regards des capitalistes désormais tournés un peu plus vers le Congo pour son potentiel et ses réserves de tous genres. « Si nous ne prenons garde, nous risquons de nous retrouver comme en Afrique du Sud où une minorité de moins de 10 % se retrouve propriétaire de 90% des terres du pays », a averti Monsieur Muzito.

Le leader de Nouvel élan a félicité l’organisation des catholiques. ” Partout où je passe, je suis logé chez les catholiques. Il faut soutenir l’église catholique dont les responsables se battent pour garder des structures viables bien que ne recevant plus des subsides du Vatican », a-t-il déclaré.

La charité a été aussi au rendez-vous. Monsieur Muzito et son épouse, Maman Chantal Ngalula Muzito qui l’accompagne dans ce périple périlleux au regard de l’état de la route ont procédé à la distribution des vivres et autres biens dont des pagnes aux déplacés et nécessiteux rencontrés à Fatundu. La route, il faut le dire n’existe plus que de non.  Il faut plus de 10 heures pour partir de Fatundu à Kolokoso, une distance longue pourtant de juste 85 km. Lire aussi :